Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

En faites-vous trop au travail ?

trop au travail

Malheureusement, j’ai trop souvent cette discussion avec des collègues et amis. On veut tellement bien faire et veut être le meilleur employé, le meilleur collègue, le meilleur patron et on oublie qu’il y a une limite à respecter, celle de l’équilibre dans nos vies.

On se donne tellement dans notre métier qu’on perd de vue que la vie ce n’est pas que le travail. Alors comment peut-on détecter que notre désir de réussir professionnellement envahit notre vie et que l’on est submergé ?

Les 7 signes que l’on en fait trop au travail

1. Pas le temps de réfléchir

Votre journée est un feu roulant. Pas le temps de prendre de pause : on passe d’une réunion ou d’une tâche à l’autre tous les jours sans exception. Et vous devez donc travailler le soir pour finir votre travail.

Solution : bookez des réunions avec vous-même où vous ne serez pas dérangé !

Le ratio minimum selon moi est de 3 h/5 h par jour : 3 h de travail concentré et 5 h de réunion.

Le mieux serait encore de passer moins de temps en réunion, mais peut-être que votre travail s’accomplit également en rencontrant les autres : c’est à vous de voir. Pendant vos 3 h, accordez-vous du temps pour :

  • réfléchir
  • communiquer, c’est-à-dire partager votre savoir et le développement de vos activités
  • planifier et visualiser le futur avec les risques possibles
  • les surprises ou les imprévus
  • écouter vos collègues

2. Pas assez d’énergie quand vous arrivez à la maison

Vous arrivez à la maison et vous n’avez plus de force pour faire à manger. Ou encore, les enfants vous irritent et vous n’êtes pas capable de réellement les écouter. Vous n’avez pas d’énergie pour préparer les activités du weekend ou faire des plans pour vos prochaines vacances. Votre weekend sert régulièrement à vous reposer et à récupérer de votre semaine de travail.

Si vous n’avez pas assez d’entrain pour faire autre chose que de rester à la maison à regarder Netflix, c’est qu’il y a déséquilibre : il est possible que cela arrive, mais il ne faudrait pas que cela devienne la norme. Si cela se répète souvent, c’est que le déséquilibre est profond.

3. Vous apportez régulièrement du travail à la maison

Il n’est pas normal de rapporter régulièrement du travail à la maison, je veux dire tous les jours et tous les weekends. Si c’est votre cas, demandez-vous si votre travail ne serait pas devenu votre passe-temps « favori » ou qu’il aurait remplacé vos projets personnels. Car on a tous besoin d’activités pour remplir le vide. Mais avec le temps, le risque est que le travail prenne une trop grande place.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment influencer son gestionnaire ?

Et plus le travail prend de la place et plus on se soumet à lui : c’est là que les frustrations et les irritations augmentent. La boucle d’énergie négative se met alors en marche…

Pour éviter d’en faire trop avec le travail à la maison, remplissez ce vide par des activités et projets personnels comme organiser la maison ou passer du temps de qualité avec votre famille ou vos amis. Lancez-vous des défis d’apprentissage : apprenez par exemple une nouvelle façon de cuisiner ou développez de nouvelles passions comme le sport ou la création artistique…

4. Une surprise arrive et vous êtes irrité

Vous n’avez plus d’énergie pour vous ajuster aux surprises, aux nouvelles informations ou aux changements de dernière minute, car vous êtes constamment sous pression : un collègue a oublié de partager une information et c’est un problème qui devient « énorme » ! Selon vous il est alors IMPÉRATIF de mettre un processus en place pour éviter que cela n’arrive plus dans le futur, aucune place aux surprises, problèmes n’est possibles.

Si votre patron vous demande de changer de priorité, vous considérez que c’est une girouette. Vous êtes incapable d’accepter simplement que les priorités changent. Et si une réunion vient d’être organisée à la dernière minute, cela vous dérange et vous met immédiatement de mauvaise humeur.

La raison est que vous n’avez plus assez d’énergie pour voir les surprises comme des opportunités. Vous en faites peut-être tout simplement trop !

5. Vous êtes toujours surbooké(e)

Votre agenda n’est pas rempli, il est doublement rempli ! Vous devez constamment refuser des rendez-vous et gérer les attentes des autres. Ce n’est pas une soutenable que d’être constamment « double » booké(e). Sans compter l’énergie que vous perdez à vous sentir incapable de fournir les attentes de votre entreprise…

6. Vous oubliez souvent des choses

Il y a tellement d’éléments à gérer que votre système d’organisation n’arrive pas à tenir. Il est possible que vous puissiez améliorer vos méthodes, mais d’ici là, vous avez trop à faire. Oublier un élément une fois de temps en temps, c’est OK. Mais oublier des points importants toutes les semaines, c’est un vrai problème.

7. Vous êtes souvent en retard

On vous fait souvent des suivis et l’on vous demande régulièrement de terminer une tâche, car vous êtes régulièrement en retard. Il s’agit d’un autre signe que vous en avez trop sur le dos…

Conclusion

Faites l’analyse pour savoir si vous en faites réellement trop. Si oui, que devez-vous choisir de réaliser et à quoi devriez-vous dire non ? Dites oui à ce qui vous donne de l’énergie et refusez de faire ce qui n’apporte aucune valeur ajoutée.

La vie est trop courte pour n’avoir que le travail comme objectif : recherchez plutôt l’équilibre dans votre existence !

Photo by Luis Villasmil on Unsplash

4 réponses

  1. Je me retrouve totalement quelques années en arrière quand j’étais salarié. On oublie trop souvent que le temps est la seul chose impossible à acheter.

    Bravo Isabelle pour cet article

  2. Jouvenon dit :

    Ca paraît évident… Et pourtant c est parfois tellement dur de fixer des limites et les respecter… Tres bel article !

  3. _STEPHANE dit :

    Il est en effet important de rester prudent et de ménager sa monture 😀

  4. Merci pour cet article 😉 Je suis manager commercial et il n’est pas toujours évident de s’imposer des limites. On veut toujours être présent pour ses collaborateurs et les journées sont parfois à rallonge …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *