Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment sécuriser votre carrière face à l’IA ?

Sécuriser votre carrière face à IA

Les étapes pour garantir votre avenir professionnel A l’heure où l’Intelligence Artificielle (IA) se développe à un rythme effréné, il est compréhensible que de nombreuses personnes s’inquiètent de l’impact qu’elle aura sur leur carrière. Cependant, bien que l’IA soit susceptible de perturber de nombreux emplois et industries, il est possible de prendre des mesures dès maintenant pour préparer sa carrière à l’avenir. Sommaire  Affûter les compétences humaines que l’IA imite Se concentrer sur le monde réel Investir dans sa marque personnelle Développer une expertise reconnue dans son secteur d’activité Eviter la prévisibilité L’apprentissage de l’utilisation de l’IA Voyez IA comme une prolongation de vous-même 1. Affûter les compétences humaines que l’IA imite Bien que l’IA puisse afficher de l’empathie, de l’intelligence de soi et de la créativité, il est important de se rappeler que cela n’est qu’une illusion. Les compétences humaines appartiennent toujours aux personnes. Pour améliorer votre empathie, vous pouvez vous entraîner à écouter activement les autres et à vous mettre à leur place. Cela signifie essayer de comprendre les émotions et les perspectives des autres sans juger ou critiquer. Pour développer votre intelligence émotionnelle, vous pouvez vous concentrer sur votre propre conscience de soi et sur la manière dont vous gérez vos émotions. Essayez de comprendre ce qui déclenche vos émotions et comment vous pouvez mieux les réguler. Pour stimuler votre créativité, vous pouvez vous entraîner à penser différemment et à sortir de votre zone de confort. Vous pouvez essayer de nouvelles choses, poser des questions ouvertes et explorer différentes perspectives. Enfin, pour renforcer votre intelligence sociale, vous pouvez travailler sur votre capacité à communiquer efficacement, à travailler en équipe et à comprendre les dynamiques de groupe. Vous pouvez également vous entraîner à reconnaître les émotions des autres et à adapter votre comportement en conséquence. En mettant l’accent sur le développement de ces compétences humaines, vous pouvez améliorer votre capacité à travailler aux côtés de l’IA plutôt que d’être remplacé par elle. Un excellent professeur sur la communication humain est Guillaume Dulude. Commencez par lire le livre : Je suis un chercheur d’or 2. Se concentrer sur le monde réel L’IA ne peut pas perturber notre travail analogique ou nos relations physiques en personne les uns avec les autres. Il est important de réserver du temps pour protéger ce travail et ces relations. Tout d’abord, cela signifie consacrer du temps à établir des relations en personne. Les interactions sociales en face à face peuvent améliorer la confiance, la compréhension mutuelle et la collaboration. Donc, même si les technologies de communication numérique peuvent être pratiques, il est important de ne pas perdre de vue l’importance des interactions en face à face. De plus, se concentrer sur le travail analogique peut aider à maintenir des compétences qui ne peuvent pas être facilement remplacées par l’IA. Les compétences manuelles, telles que la créativité artistique, la dextérité manuelle, ou la capacité à travailler avec des matériaux physiques, peuvent être difficiles à automatiser. De même, les compétences qui nécessitent une interaction directe avec le monde physique, comme les emplois dans le domaine de la santé ou de la construction, peuvent être moins susceptibles d’être remplacés par l’IA. En résumé, pour se concentrer sur le monde réel et se prémunir contre les perturbations potentielles de l’IA, il est important de cultiver des relations en personne et de privilégier le travail analogique, en particulier pour les compétences qui sont difficiles à automatiser. Cela peut aider à maintenir des compétences uniques qui sont moins susceptibles d’être remplacées par l’IA et à se différencier sur le marché du travail 3. Investir dans sa marque personnelle Surtout dans les domaines créatifs, les marques humaines fortes continueront d’être plus précieuses que le travail générique de l’IA. La première étape pour investir dans sa marque personnelle consiste à développer une compréhension claire de sa propre valeur et de ce qui vous distingue des autres. Vous pouvez commencer par identifier vos forces et vos compétences uniques, ainsi que les domaines où vous pouvez apporter une valeur ajoutée. Cela vous aidera à identifier la niche sur laquelle vous pouvez vous concentrer pour développer votre marque personnelle. Une fois que vous avez une vision claire de votre marque personnelle, vous pouvez commencer à vous construire une présence en ligne cohérente et professionnelle, en utilisant des plateformes telles que LinkedIn, Instagram, ou un site web personnel. Vous pouvez publier régulièrement du contenu de qualité qui démontre votre expertise et qui est aligné avec votre marque personnelle. En outre, vous pouvez chercher à établir des relations avec des leaders d’opinion ou des influenceurs dans votre domaine, qui peuvent vous aider à accroître votre visibilité et votre crédibilité. Enfin, il est important de travailler à cultiver une réputation professionnelle positive, en offrant un excellent service à la clientèle et en étant toujours prêt à prendre en charge les problèmes et les préoccupations de vos clients. En investissant dans votre marque personnelle, vous pouvez vous distinguer sur un marché de plus en plus concurrentiel, en particulier dans les domaines créatifs où les marques personnelles peuvent avoir une valeur importante. Cela peut aider à renforcer votre crédibilité, à accroître votre visibilité et à vous différencier des travaux génériques de l’IA. 4. Développer une expertise reconnue dans son secteur d’activité Même si l’IA effectue des fonctions de “premier jet”, sa production doit toujours être vérifiée par une source fiable et digne de confiance. Si c’est vous, vous continuerez à être recherché car vous aurez la capacité de valider et d’affiner les réponses de l’IA, en particulier dans les domaines où l’IA peut effectuer des tâches telles que la collecte et l’analyse de données. La première étape pour développer une expertise reconnue consiste à acquérir une connaissance approfondie de votre domaine d’activité. Cela peut être réalisé en suivant des cours de formation continue, en lisant des articles et des livres spécialisés, en assistant à des conférences ou en obtenant des certifications professionnelles. Une fois que vous avez acquis une connaissance approfondie de votre domaine d’activité, il est important de partager

Comment utiliser ChatGPT en entreprise ?

ChatGPT en entreprise comment l'utiliser ?

Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous recommande vivement de créer un compte sur openai et de tester ChatGPT. En tant que dirigeant d’entreprise, il est essentiel que vous vous familiarisiez avec cet outil pour optimiser votre travail. Dans cet article, je vais vous donner des conseils pour vous aider à vous lancer et vous motiver à utiliser ChatGPT dans vos tâches quotidiennes. Sommaire Qu’est-ce que ChatGPT et l’intelligence artificielle ? Comment utiliser immédiatement ChatGPT au travail ? Des idées d’utilisation de l’outil ChatGPT pour votre entreprise Création de contenu et exemples d’utilisation de ChatGPT Qu’est-ce que ChatGPT et l’intelligence artificielle ? ChatGPT est un modèle de langage génératif basé sur l’apprentissage profond, développé par OpenAI. Les premiers modèles de cette série, connus sous le nom de GPT (Generative Pre-trained Transformer), ont été publiés en 2018. Depuis lors, plusieurs versions de GPT ont été développées, chacune améliorant les performances du modèle en termes de qualité de la génération de texte, d’apprentissage du langage et de la capacité à traiter des tâches spécifiques. Il utilise des réseaux de neurones pour analyser et générer des articles en réponse à des prompts spécifiques. Le modèle a été entrainé sur de vastes ensembles de données textuelles pour lui permettre de comprendre et de générer des textes de manière cohérente et fluide, sans avoir à utiliser un code informatique spécifique en ce qui concerne l’utilisateur. En tant que membre d’une entreprise, vous pouvez utiliser l’intelligence artificielle de ChatGPT pour générer du texte, créer des chatbots pour votre société, effectuer des analyses de sentiment, vérifier la grammaire et l’orthographe de vos textes, résumer des documents longs, etc. (voir plus d’exemples plus bas) Vous pouvez également entrainer le modèle avec des données spécifiques à votre entreprise pour l’adapter à vos besoins. Cependant, il est important de noter que la qualité des résultats dépendra de la qualité des données d’entrainement et des prompts fournis. Il est donc important de prendre le temps de bien entrainer le modèle pour obtenir les meilleurs résultats possibles lors de la création d’un texte. Pourquoi il est important d’apprendre à utiliser ChatGPT au travail ? Il est crucial pour les professionnels et les gestionnaires d’entreprise d’apprendre à utiliser ce chat basé sur l’intelligence artificielle dans leur travail, car cet outil peut leur offrir de nombreux avantages. Tout d’abord, Chat GPT peut vous aider à automatiser certaines tâches, vous permettant ainsi de gagner du temps et d’augmenter votre productivité. En outre, ChatGPT est un excellent moyen de trouver des réponses rapides et précises à des questions spécifiques, ce qui peut être très utile pour résoudre des problèmes rapidement. En outre, ChatGPT peut également vous aider à améliorer votre prise de décision en fournissant des informations pertinentes et en vous aidant à comprendre les tendances et les modèles dans les données. Cela peut être particulièrement utile dans des domaines tels que le marketing et les ventes, où il est important de comprendre les comportements des clients. Enfin, l’utilisation de ChatGPT peut également aider à stimuler la créativité et l’innovation en fournissant des idées nouvelles et des perspectives différentes. En somme, apprendre à utiliser l’outil d’openai dans votre travail peut vous aider à être plus efficace et plus innovant dans votre travail. Comment utiliser ChatGPT immédiatement au travail ? Voici quelques suggestions pour utiliser ChatGPT dans votre travail en utilisant le ChatGPT as is sans avoir à l’entrainer: Génération de texte : ChatGPT peut être utilisé pour générer du texte à partir de prompts spécifiques. Par exemple, si vous avez besoin de rédiger des descriptions de produits ou de services pour votre entreprise, vous pouvez utiliser Chat GPT pour générer des textes pertinents à partir de quelques mots clés. Ou encore faire la rédaction de rapports, Ou de courriels. Par exemple vous avez un email difficile à écrire, faites un brouillon et demandez à l’intelligence artificielle de ChatGPT de reformuler, en ayant un ton , dynamique, ou poli, ou gentille, ou professionnel. Correction de texte : Si vous avez besoin de vérifier la grammaire ou l’orthographe du contenu de vos textes, ChatGPT peut faire la recherche pour vous. Vous pouvez entrainer le modèle à détecter les erreurs courantes et il pourra vous fournir des suggestions de corrections. Résumé de texte : Si vous avez besoin de résumer des documents longs, ChatGPT peut vous aider. En lui demandant : svp résumé en x nombres de mot ce texte. Traduction : ChatGPT peut être utilisé pour la traduction de textes dans différentes langues. Vous pouvez utiliser des modèles de traduction pré-entrainés tels que Google Translate ou DeepL, qui sont basés sur des modèles de langage tels que ChatGPT : c’est très utile si vous avez un business à l’international. Compréhension de texte : ChatGPT peut être utilisé pour comprendre le texte, en extrayant des informations ou des relations entre les concepts. Par exemple, demander à ChatGPT de reformuler ou de simplifier ou résumer un texte. Assistance à la programmation : Vous êtes développeur, demandez à ChatGPT de vous créer le code que vous avez envie de faire. Allez-y par étape et attachez les morceaux. Ce n’est pas parfait mais ça accélèrera votre travail. Effectuez des recherches : Demander ChatGPT de vous fournir la liste des entreprises de premier plan dans votre secteur. Demandez-lui également de vous donner des informations sur les éléments stratégiques que possèdent ces entreprises pour le marché. Vous serez probablement étonné des réponses, qui peuvent vous aider à mieux vous positionner et à ajuster votre message si nécessaire, même si elles ne sont pas parfaites. Demandez-lui de dresser la liste des outils dans votre domaine, ainsi que de vos concurrents et clients potentiels. Pour effectuer des recherches scientifiques, vous pouvez utiliser Consensus, disponible sur https://consensus.app/. Vous pouvez demander les tendances actuelles des études scientifiques. Testez l’option de synthèse, car elle peut vous aider à explorer des hypothèses intéressantes. Autres : ChatGPT peut vous aider à mieux communiquer et à rédiger vos évaluations de performance. Il peut également vous aider à mieux comprendre

Communiquer efficacement avec mes employés

communiquer efficacement avec son équipe

Une communication efficace avec vos employés est essentielle pour établir des relations de confiance, renforcer la collaboration et maximiser la productivité. Dans cet article, je partage quelques conseils pour développer une communication plus efficace avec votre équipe, dès aujourd’hui ! Sommaire Soyez clair et concis Écoutez activement Soyez cohérent Encouragez la communication bidirectionnelle Faites des feedbacks réguliers Soyez clair et concis Il est important d’être précis dans notre communication, car cela permet d’être efficace et d’éviter les malentendus. Des messages clairs et concis sont plus faciles à comprendre et à retenir, ce qui peut aider à améliorer la productivité et à éviter les erreurs. De plus, la clarté et la concision montrent que vous respectez le temps et l’attention de vos collègues, ce qui contribue la mise en place de relations professionnelles positives. Voici quelques astuces pour améliorer votre communication : Définissez l’objectif de votre message : avant de commencer à communiquer avec votre équipe, définissez clairement l’objectif de votre message. De quoi voulez-vous parler ? Quel est le but de la communication ? Avoir une idée claire de ce que vous voulez transmettre vous aidera à rester concentré et à partager un message efficace. Utilisez un langage simple et direct : évitez les mots compliqués et le jargon technique qui pourraient prêter à confusion. Utilisez plutôt un langage facile à comprendre pour transmettre votre message. Évitez également les phrases longues et complexes qui peuvent rendre votre message peu convaincant. Structurez votre communication : commencez par une introduction courte et claire qui présente l’objectif de votre communication, puis développez votre message en présentant les faits ou les informations pertinentes. Terminez par une conclusion qui résume les points clés de votre message. Utilisez des exemples concrets : utilisez des exemples tirés du réel pour illustrer vos propos. Les exemples permettent à votre équipe de mieux comprendre votre message et de l’appliquer à leur propre travail. Posez des questions pour vous assurer de la compréhension : questionnez votre équipe pour vous assurer qu’elle a bien compris le message. Cela vous aidera également à identifier les zones qui pourraient nécessiter une clarification supplémentaire. Écoutez activement Il est nécessaire de prêter attention aux paroles de vos employés pour comprendre leurs besoins et préoccupations. Montrez que vous êtes ouvert aux idées et aux commentaires, et soyez prêt à apporter des modifications en conséquence. Quelques conseils pour mieux écouter vos collaborateurs : Éliminez les distractions : évitez de passer ou de prendre des appels téléphoniques pendant l’échange et n’allez pas regarder vos courriels ou messages. Éteignez votre téléphone portable et concentrez-vous sur votre interlocuteur. Montrez de l’empathie : écoutez attentivement ce que dit votre interlocuteur. Essayez de comprendre ses émotions et ses préoccupations. Posez des questions : demandez des éclaircissements si vous ne comprenez pas quelque chose. Cela montre que vous êtes attentif et que vous vous intéressez vraiment à ce que dit votre interlocuteur. Reformulez ou résumez : reformulez ou résumez ce que dit votre interlocuteur pour vous assurer que vous avez bien compris. C’est une preuve que vous avez bien écouté et que vous vous préoccupez de comprendre ce qu’il essaie de dire. Évitez les interruptions : laissez toujours votre interlocuteur terminer ses phrases avant de réagir. Cela montre que vous respectez son point de vue. Je vous invite d’ailleurs à effectuer un petit exercice : laissez une plus longue pause entre la fin d’un discours et le début de votre réponse. Voyez si c’est possible d’allonger cette durée sans perdre l’interactivité. En écoutant activement votre équipe, vous pourrez mieux comprendre les besoins et les interrogations de chaque membre, vous renforcerez la relation de confiance et vous améliorerez la collaboration globale. La satisfaction au travail sera également augmentée. Soyez cohérent Soyez cohérent dans votre communication et respectez vos engagements. Évitez de donner des instructions contradictoires ou de changer les règles du jeu en cours de route ! Faites également attention à ce point : j’ai remarqué qu’en tant que leader, on parle parfois avec nos équipes de ce qu’il faut faire avec une grande conviction. Mais quelques jours ou semaines après, notre pensée a évolué et on a oublié d’en informer l’équipe. On a fait alors ce que j’appelle un saut quantique. Voyons ce que c’est précisément. Un saut quantique est lorsque l’on avance dans l’évolution de notre pensée, sans inclure les membres de notre équipe. On passe alors d’un état à l’autre, et notre équipe n’est pas au courant. Par conséquent, à la prochaine rencontre, on va demander quelque chose qui ne fait plus de sens pour les collaborateurs qui, eux, sont restés dans l’état initial. Il est donc important de reconnaître lorsqu’on manque de cohérence et que l’on a fait un « saut quantique » devant notre équipe. Dès qu’on l’identifie, il faut revenir à l’état initial et expliquer le « pourquoi » du changement d’état et seulement ensuite, faire nos demandes. Attention à ne pas faire trop souvent de sauts quantiques, car cela augmente la difficulté pour votre équipe de vous suivre et de prendre des initiatives. Plus de renseignements à propos des sauts quantiques : une histoire par saut quantique. Utilisez différents canaux de communication Utilisez différents moyens de communication tels que les réunions, les rendez-vous en face à face, les appels téléphoniques, les courriels et les applications de messagerie instantanée pour communiquer avec vos employés. Mais certains canaux peuvent être plus efficaces pour des situations spécifiques. Message urgent : Les messages urgents doivent être transmis rapidement et directement. Les appels téléphoniques, les messages instantanés ou les messages texte sont les canaux les plus adaptés. Message complexe : Si le message est complexe, une communication en face à face ou une réunion avec le groupe est préférable. Cela permet de clarifier les points importants et d’obtenir des commentaires immédiats. Information générale : Les informations générales peuvent être transmises par courrier électronique, notes de service, bulletins d’information ou même des tableaux d’affichage. Feedback : il est plus efficace de communiquer un feedback lorsqu’on est en face à face ou lors d’un échange téléphonique, afin de faciliter

Comment préparer efficacement une présentation importante au travail ?

Faire une présentation au travail

La préparation d’une présentation importante au travail peut être une grande source de stress, mais rassurez-vous, il y a des étapes clés à suivre pour la rendre plus facile ! Tout d’abord, il est important de déterminer l’objectif et savoir qui assistera à votre présentation, afin de préciser le sens de votre message et de choisir les informations pertinentes. Ensuite, vous devez organiser les informations de manière logique et créer une structure claire pour votre présentation, avec une introduction, un corps et une conclusion. Il est également essentiel de laisser du temps pour les questions et les interactions avec votre public. Enfin, pour soutenir vos propos, vous pouvez utiliser des visuels comme des graphiques ou des images, en utilisant des outils tels que Canva, Google Slides ou Piktochart. Suivre ces étapes vous aidera à vous sentir confiant et vous serez bien préparé lorsque vous prendrez la parole devant l’auditoire ! Sommaire Déterminez clairement l’objectif de votre présentation et sachez qui va y assister Rassemblez des informations pertinentes et organisez-les de manière logique. Créez une structure claire pour votre présentation, avec une introduction, un corps et une conclusion. Utilisez des visuels (comme des graphiques ou des images) pour soutenir vos propos Répétez votre présentation plusieurs fois pour la pratiquer et ajustez votre ton et votre langage corporel. Bonus liste d’outils pour s’enregistrer Anticipez les questions possibles de l’audience et préparez des réponses claires. Soyez confiant et détendu lors de la présentation 1. Déterminez clairement l’objectif de votre présentation et sachez qui va y assister Quel est le but de votre présentation? S’agit-il d’informer, de persuader, de former ou de divertir? Quel est le message clé que vous souhaitez communiquer à votre public ? D’ailleurs, qui sont les personnes qui vont assister à votre présentation ? Pouvez-vous les définir de manière simple ? Quel est le niveau de connaissance de votre auditoire ? Connaissez-vous les attentes et les centres d’intérêts de votre public ? (fréquence) Quels sont les problèmes ou les questions que les participants pourraient avoir, et comment votre présentation peut-elle les aider à les résoudre ? Quel est le contexte général de votre présentation ? S’agit-il d’une réunion d’affaires, d’un colloque, d’un événement social ou d’une formation professionnelle? Répondre à ces questions vous aidera à clarifier votre objectif et à adapter votre présentation en fonction de votre public. Cela vous permettra également de choisir les informations et les visuels les plus pertinents : vous communiquerez ainsi votre message de manière plus efficace. 2. Rassemblez des informations pertinentes et organisez-les de manière logique Lorsque vous préparez une présentation importante, il est essentiel de rassembler des renseignements de qualité et de les organiser de manière logique afin de captiver plus facilement votre public et transmettre clairement votre message. Pour y parvenir, commencez par identifier les sources d’information fiables et crédibles telles que des livres, des articles, des sites web, des rapports ou des interviews, puis sélectionnez les informations qui sont directement liées à votre objectif et qui répondent aux besoins de votre public. Ensuite, répartissez les informations en catégories logiques ou en thèmes, en utilisant des diagrammes ou des « mind maps » pour visualiser les relations entre les idées. Hiérarchisez les informations en fonction de leur importance et de leur pertinence, en mettant en évidence les points clés que vous souhaitez souligner dans votre présentation. Écrivez une première ébauche de votre présentation en utilisant une structure simple et cohérente, en vous assurant de couvrir tous les points importants. Enfin, évaluez votre présentation en révisant et en éditant votre contenu pour vous assurer qu’il est clair et facile à comprendre. En suivant ces étapes, vous pourrez préparer de la meilleure des manières, une présentation qui informe, persuade, forme ou divertit votre public selon votre objectif : vous vous sentirez alors confiant et bien préparé lorsque vous prendrez la parole devant votre public ! 3. Créez une structure claire pour votre présentation, avec une introduction, un corps et une conclusion. 3.1 Introduction Commencez par une introduction étonnante et fascinante, afin de capter l’attention de votre public. Présentez-vous, annoncez le sujet de votre présentation et précisez les enjeux de la présentation. Il est également important de donner un aperçu de votre plan : cela permettra à votre public de suivre le déroulement et de se préparer pour la suite. 3.2 Corps Le corps de votre présentation doit couvrir les points clés de votre sujet, organisés de manière logique et cohérente. Utilisez des transitions claires entre chaque point pour maintenir la fluidité de votre présentation. Assurez-vous d’utiliser des exemples concrets, des données ou des statistiques pour étayer vos arguments. 3.3 Conclusion Terminez votre présentation par une conclusion claire et qui résume tous les points clés. Faites un résumé de votre message principal et insistez sur les points les plus importants de votre présentation. Utilisez des phrases fortes pour inspirer et motiver votre public. Terminez par une invitation à poser des questions ou à poursuivre la discussion. 3.4 Questions et interactions Laisser du temps pour les questions-réponses et les interactions est important pour favoriser la compréhension, le dialogue et l’engagement des collègues ou des clients. Cela peut également aider à résoudre des problèmes potentiels ou à obtenir des commentaires constructifs pour améliorer votre présentation ou votre projet. Vous ne savez pas comment vous lancer demander une structure de présentation à ChatGPT. Comment utiliser ChatGPT en entreprise ? 4. Utilisez des visuels (comme des graphiques ou des images) pour soutenir vos propos Canva : Canva est un outil de conception graphique gratuit (dans sa version de base) et facile à utiliser pour créer des présentations, des affiches, des infographies et bien plus encore. Il offre une large gamme de modèles prêts à l’emploi et d’éléments de design pour vous aider à créer rapidement des visuels professionnels. Google Slides : Google Slides est un outil de présentation en ligne gratuit, qui permet de créer, de modifier et de partager des présentations avec d’autres utilisateurs. Il dispose d’une grande bibliothèque de thèmes, de modèles et d’images pour vous aider à créer des présentations

5 conseils pour stopper les conflits au sein de l’équipe

conflits au travail

Dans cet article, nous allons partager 5 conseils pour vous aider, en tant que leader, à désamorcer voire stopper les conflits au sein de votre équipe. Grâce à ces informations, vous pourrez également aider votre équipe pendant les moments de tension afin de les transformer en opportunités. En outre, vous apprendrez quoi faire après un conflit : s’il est certain qu’il vaut mieux éviter les affrontements, il est pratiquement inévitable que ceux-ci apparaissent à un moment ou un autre, tout simplement parce que les collaborateurs peuvent développer des points de vue potentiellement différents sur les enjeux et les situations rencontrées. S’il n’y a aucune tension, c’est probablement que votre équipe est résignée et ce n’est pas forcément bon signe pour la productivité ! Ne soyez donc pas dans la crainte qu’il existe des antagonismes entre les personnes, car il est normal que des conflits surgissent au sein d’un groupe : il suffit simplement d’apprendre à bien les gérer  ! Sommaire Encourager la communication ouverte et honnête. Favoriser la collaboration. Définir des rôles et des responsabilités clairs. Gérer les divergences. Traiter les conflits rapidement. Bonus : apprendre à s’excuser 1. Encourager la communication ouverte et honnête Les conflits peuvent souvent être évités ou résolus en encourageant les membres de l’équipe à communiquer ouvertement et avec honnêteté. Les collaborateurs doivent être encouragés à exprimer leurs préoccupations de manière constructive, à écouter attentivement les autres et à essayer de trouver des solutions qui répondent aux besoins de tous. Mon astuce personnelle est de nommer différemment les préoccupations : je les appelle des trésors, un terme que j’ai appris pendant mes formations en LEAN manufacturing. Par exemple, les « irritants » sont des trésors, car ils pointent souvent les éléments qui empêchent le bon fonctionnement et le travail efficace dans les équipes. Par conséquent, les irritants et les partages qu’ils font sont toujours très instructifs pour améliorer les processus, les méthodes de travail ou la communication… Les problèmes soulevés sont donc des trésors pour améliorer tous les éléments qui composent le travail en équipe. Donc, au lieu de dire, je suis inquiet pour ou je ne pense pas que ça va fonctionner…, il faut mieux répondre : j’ai un trésor à partager ! Ce mot signale automatiquement qu’un environnement de « safe space » se met en place, car il est possible que la personne partage un élément de vulnérabilité : on va alors passer à un mode d’écoute active qui prend vraiment en compte les paroles de l’autre. 2. Favoriser la collaboration La collaboration peut aider à prévenir les conflits, car elle implique que tous les membres de l’équipe travaillent ensemble vers un objectif commun. Cela peut aider à minimiser les différences et les désaccords parce que les collaborateurs ont une compréhension plus claire de ce que les autres essaient d’accomplir. En fait, nous sommes UNE entreprise, UNE seule équipe et parfois, on oublie qu’on travaille tous pour le même but. Les collaborateurs ont des mandats différents, mais ceux-ci existent pour nous aider à attendre les mêmes objectifs, ceux de l’entreprise. Nos défis locaux, dans chacune de nos équipes, ne sont que les parties d’un tout commun : stimuler la collaboration consiste en fait à casser le concept de NOUS vs EUX. Pour plus de conseils pour stimuler la collaboration, je vous invite à lire cet article : De bons moyens pour stimuler la collaboration 3. Définir des rôles et des responsabilités clairs Les conflits peuvent souvent survenir lorsque les membres de l’équipe ne sont pas sûrs de leurs rôles ou de leurs responsabilités. En définissant clairement les missions de chaque membre de l’équipe, vous pouvez minimiser les conflits et éviter que les collaborateurs se sentent frustrés ou sous-utilisés. Pour bien définir les rôles et les responsabilités, il ne s’agit pas de rester simplement dans une simple description du poste : il faut mettre en place un certain nombre d’éléments incontournables, comme par exemple définir la méthode pour travailler efficacement ensemble ou encore, mettre en place un système de réunion pour que chacun puisse s’exprimer librement. Voici les éléments qui nous semblent indispensables : Description de poste WBS – work break down structure Mettre en place les processus importants de votre équipe et comment ils s’interconnectent avec ceux des autres départements Former les équipes pour identifier pour chaque projet, les personnes impliquées en utilisant le tableau de la méthode RACI ( responsable/réaliser , approuver, consulter , et informer) Mettre en place vos systèmes d’intelligence, pour aider à votre équipe à prendre les bonnes décisions en temps réel D’ailleurs, le chapitre 1 de mon livre « Le manager est un voyageur du temps. » peut vous aider à mettre tous ces éléments en place. 4. Gérer les divergences Les conflits découlent souvent d’une divergence de point de vue. Il est important de reconnaître que des opinions différentes sont normales et même souhaitables dans une équipe, car cela peut aider à stimuler la créativité et l’innovation. Mais il est également utile de savoir gérer les divergences de manière constructive, en encourageant la discussion et en essayant de trouver des solutions qui répondent aux besoins de tous. Quand votre équipe n’arrive plus à communiquer et que les parties sont retranchées dans leur position, il y a une astuce qui fonctionne à tous les coups : puisque les solutions se trouvent souvent entre les différents points de vue, il faut commencer par trouver des éléments communs qui permettent de faire avancer la conversation. Pour savoir en plus, vous pouvez consulter l’article complet sur le sujet : Comment gérer un inconfort dans une réunion ? J’ai même mis au point un geste pour aider dans ces situations, à reprendre le contrôle. Tout le monde, d’ailleurs, dans la réunion, peut le faire : il s’agit de signaler physiquement qu’on vient d’atteindre une limite dans la discussion. Cette limite peut venir d’une sensation d’inconfort, d’avoir l’impression de tourner en rond, de ne plus avancer ou d’avoir passé trop de temps sur un sujet… Testez-le, ça fonctionne immédiatement ! Si vous prévoyez qu’une conversation sera

Quelles sont les meilleures stratégies pour améliorer la productivité des collaborateurs ?

Stratégies de productivités pour vos collaborateurs

L’augmentation de la productivité des collaborateurs est un élément crucial pour la réussite d’une entreprise. En effet, des collaborateurs productifs sont plus efficaces et accomplissent plus de travail en moins de temps, ce qui permet à l’entreprise de mieux répondre aux demandes de ses clients, d’améliorer la qualité de son travail, d’accroître sa rentabilité, de favoriser sa croissance et de renforcer l’engagement de ses collaborateurs. Pour cela, il est important que les entreprises définissent des objectifs clairs, fournissent des commentaires réguliers, encouragent la collaboration et l’autonomie, offrent des formations, réduisent les distractions potentielles, utilisent des technologies efficaces et encouragent une culture du bien-être. En investissant dans la productivité de ses collaborateurs, l’entreprise peut ainsi améliorer sa performance globale et garantir sa pérennité sur le long terme. Sommaire : Définir des objectifs clairs Donner du feedback Encourager la collaboration Stimuler le mindset de croissance et le changement Donner plus d’autonomie Réduire les distractions Encourager une culture du bien-être Les différents processus Les systèmes d’intelligence 1. Définir des objectifs clairs Pour améliorer la productivité des collaborateurs, il est essentiel de définir et de partager des objectifs précis. Les collaborateurs doivent d’abord les intégrer puis comprendre comment leur action au quotidien va permettre de les atteindre. Il est également important que les objectifs soient alignés avec ceux de l’entreprise. Pour mettre en œuvre des objectifs clairs, il est vraiment recommandé d’utiliser la méthode SMART+. Cette méthode permet de rendre les objectifs spécifiques, mesurables, ambitieux, réalistes, temporels et adaptés en fonction du temps disponible. Pour en savoir plus sur la méthode SMART+ et comment l’appliquer, vous pouvez consulter l’article suivant Comment définir un objectif et être SMART+ ? 2. Donner du feedback Il est essentiel que les managers proposent des retours réguliers aux collaborateurs, en reconnaissant les réalisations et en identifiant les domaines d’amélioration. Il faut savoir que les feedbacks constructifs et respectueux ont un plus grand impact sur la productivité des collaborateurs que les feedbacks négatifs. Néanmoins, il est important de partager une analyse de la situation de manière régulière, car le manque de feedback, en lui-même, peut avoir un effet négatif sur la motivation et la productivité des collaborateurs. En résumé, proposer des retours réguliers et constructifs sur l’activité de chacun est une pratique clé pour améliorer l’engagement des collaborateurs et renforcer leur implication au travail. Pour en apprendre plus, je vous invite à lire cet article : Comment partager des commentaires vraiment constructifs avec son équipe ?  3. Encourager la collaboration Il est important de promouvoir la collaboration entre les salariés, en les incitant à travailler davantage ensemble, à partager leurs idées et à trouver ensemble des solutions aux problèmes. Cependant, il peut être difficile de savoir comment encourager ce type de collaboration. En tant que manager ou leader, il est important de donner l’exemple en créant des ponts avec les autres groupes de l’entreprise et en laissant suffisamment de temps et d’espace pour la collaboration. Si une équipe est déjà débordée, elle aura peu d’énergie et de motivation pour travailler avec d’autres groupes. Il est donc important de veiller à ce que les équipes disposent du temps et des ressources nécessaires pour collaborer efficacement. Pour stimuler la collaboration, je vous propose de lire cet article : De bons moyens pour stimuler la collaboration. 4. Stimuler le mindset de croissance et le changement Pour engager un changement et ainsi améliorer la productivité, il est essentiel de valoriser l’apprentissage et l’évolution professionnelle. Les managers peuvent encourager leurs collaborateurs à sortir de leur zone de confort et à apprendre de nouvelles compétences tout comme, il est important de reconnaître les erreurs comme des opportunités d’apprentissage et de célébrer les réussites. Le feedback constructif est également un moyen d’encourager le mindset de croissance. Enfin, l’entreprise doit fournir un environnement favorable à l’expérimentation et à l’innovation, des espaces où les collaborateurs peuvent essayer de nouvelles idées et apprendre de leurs échecs. Pour y arriver, voici une liste de livres qui pourraient vous aider. Une belle liste de livres pour stimuler le changement 5. Donner plus d’autonomie L’autonomie est un élément clé pour améliorer la productivité des collaborateurs. En donnant aux employés une certaine liberté et en leur permettant de prendre des décisions, les managers peuvent stimuler leur motivation et leur engagement au travail. Les études montrent que les collaborateurs autonomes ont tendance à se sentir plus responsables de leur travail et à être plus créatifs et innovants. L’autonomie peut également aider à réduire le stress et la pression au travail, car les salariés peuvent gérer leur charge de travail selon leurs propres compétences et leur rythme. Encore une fois, la clé, c’est le temps ! En permettant à votre équipe de gérer son temps,  ce sera le meilleur moyen de stimuler sa créativité et qu’elle prenne plus d’initiatives. En cherchant à tout contrôler, vous diminuez les chances d’aller au-delà de vos propres limites, et vous ne tirez pas parti de la puissance collective de votre équipe. Enfin, les employés autonomes ont souvent plus de satisfaction au travail, ce qui amène une plus grande fidélité à l’entreprise et une réduction du taux de rotation des employés 6. Réduire les distractions Le monde moderne et sa technologie sont souvent l’occasion de perdre sa concentration. Réduire les distractions est donc crucial pour améliorer la productivité de l’ensemble des collaborateurs. On sait que les interruptions fréquentes diminuent la concentration globale et perturbent le travail en cours. Cela peut entraîner une baisse des résultats et produire une augmentation des erreurs et de la perte de temps. Pour réduire les distractions, il est possible de mettre en place des règles pour éviter les interruptions inutiles telles que les réunions impromptues ou les notifications incessantes sur les ordinateurs et les téléphones portables. Il est également essentiel de prévoir des moments dédiés à la réponse aux courriels et aux appels, afin de ne pas perturber la concentration pendant les tâches importantes. Enfin, il peut être bénéfique de créer un environnement de travail calme et propice à la concentration en modifiant la disposition du mobilier

Comment développer des compétences solides en leadership ?

développer compétences en leadership

Dans cet article, nous allons voir 7 façons de développer vos compétences en leadership ainsi que profiter d’une grille d’évaluation simple qui va vous aider à devenir un meilleur manager. Ce sont des méthodes simples, applicables immédiatement, des méthodes qui en investissant seulement 10min par jour pourraient faire une vraie différence sur le long terme. ` Car vous le savez, la clé c’est de jouer avec le temps : et pour passer d’un état à un autre, il est important d’investir continuellement dans le développement de son savoir-faire ! Sommaire Étudier les leaders célèbres Développez votre intelligence émotionnelle Devenez un excellent communicateur Augmentez votre capacité à prendre des décisions Soyez flexible Encouragez la croissance et le développement des autres Évaluez constamment vos compétences en leadership Grille d’évaluation de son leadership 1. Étudiez les leaders célèbres Apprenez de ceux qui ont réussi et prenez le temps de lire les livres suivants : « Atomic habits » par James Clear “The Lean Startup” d’Eric Ries “Good to Great” de Jim Collins “Start with Why” de Simon Sinek “La puissance de la vulnérabilité” de Brené Brown “L’intelligence émotionnelle” de Daniel Goleman « Conscious business » par Fred Kofman “Crucial conversation” par Kerry Patterson “Le 7 Habitudes des gens très efficaces” de Stephen Covey « Winners Dream » par Bill McDernott , Joanne Gordon “Nine lies about work” par Marcus Buckingham, Ashaley Goodall “Creativity inc” par Ed Catmull and Amy Wallace Pour trouver le temps d’intégrer ce qu’ils contiennent, je vous conseille de les écouter en audio (podcast), lorsque vous allez marcher pour prendre l’air ou pendant une pause durant votre journée de travail. Et vous, vous pouvez également le faire pendant que vous cuisinez : l’idée est de combiner l’écoute avec une tâche facile, qui ne demande pas de faire des efforts intellectuels. 2. Développez votre intelligence émotionnelle La capacité à comprendre et à gérer ses propres émotions, ainsi que celles des autres, est un élément clé du leadership. Le développement de l’intelligence émotionnelle au travail peut aider à améliorer la communication, les relations interpersonnelles, la prise de décision et la résolution de problèmes… Quelques astuces pour la développer : Prenez conscience de vos émotions : le premier pas pour développer son intelligence émotionnelle est de prendre conscience de ses émotions. Le meilleur moyen pour identifier que l’émotion présente ne vous servira pas et pourrait même vous nuire pendant une conversation, est de reconnaître quand son propre pouls monte au-delà de 100 pulsations par minute. Dès que c’est le cas, calmez-vous rapidement. Prenez une grande respiration, et faites autre chose. Je conseille fortement de ne pas réagir trop rapidement lorsque votre pouls est au-delà des 100 pulsations par minute. Pratiquez l’empathie : l’empathie est la capacité de comprendre les émotions et les perspectives des autres. Certains pensent que c’est du BS (« bullshit l’empathie »), surtout en entreprise. Si c’est le cas, soyez sceptique et testez : vous verrez que lorsque votre interlocuteur se sent compris, il est plus facile de négocier par la suite. Gérez votre stress : la gestion du stress est une autre compétence importante pour le développement de l’intelligence émotionnelle. Le stress diminue l’énergie et peut vous faire basculer dans ce que j’appelle le mode « hypersensible ». On perd alors notre capacité à écouter. Apprenez à identifier les situations qui vous stressent et à utiliser des techniques de gestion des émotions pour vous aider à rester calme et concentré. Par conséquent, savoir prendre des pauses régulièrement fait partie des tâches d’un leader pour développer son intelligence émotionnelle. Pratiquez la résolution de conflits : savoir bien gérer un conflit ou une dispute est une compétence importante en matière d’intelligence émotionnelle. On commence par développer de l’empathie, on comprend les besoins, on écoute et ensuite, on peut véritablement passer à l’action pour trouver une solution. Une excellente méthode à apprendre est la CNV (communication non violente), pour régler les conflits. Par ailleurs, je vous conseille de lire : « crucial conversation » (voir la liste plus haut) 3. Devenez un excellent communicateur La communication efficace est une compétence importante pour un leader, car elle permet de transmettre correctement des idées et de résoudre les problèmes de manière efficace. Devenir un excellent communicant est un processus de développement en continu et qui nécessite de la pratique. Écoute active : la première étape pour devenir un excellent communicateur est d’être un auditeur attentif. Écouter activement signifie être présent dans la conversation, poser des questions pour clarifier et comprendre le points de vue des autres. À partir de là, il vous sera possible d’ajuster votre message en fonction de votre interlocuteur, de ses intérêts et de ses besoins et d’ajuster sa fréquence (voir plus bas, lien avec la longueur d’onde). Soyez précis : un excellent communicateur est capable de transmettre des idées et des informations de manière claire, concise et avec précision. Pour y arriver, il est important de bien comprendre le niveau de détails qui est nécessaire à votre interlocuteur. Évitez le jargon trop technique pour parler ! Développez la qualité de votre communication : mon astuce pour apprendre à développer la qualité de sa communication est de communiquer en ayant toujours en tête les éléments de la longueur d’onde – Fréquence et vitesse. Est-ce que le sujet dont je parle est intéressant et au bon niveau de détail pour mon interlocuteur ? Est-ce que je vais à la bonne vitesse pour transmettre mon message ? Si je parle trop rapidement, je vais « étourdir » la personne, et si je suis trop lent, je vais l’ennuyer. Soyez respectueux : la communication respectueuse est un élément clé de la réussite en tant que communicant. Évitez les critiques ou les jugements, et utilisez des mots qui reflètent votre respect pour les autres. Honnêtement, je peux vous dire que ce n’est pas donné à tous de prendre en considération l’autre dans sa communication : c’est une vraie compétences à développer au quotidien ! Utilisez les bonnes formes de la communication : comprendre les différents styles de communication et savoir comment les utiliser est essentiel pour

Comment partager des commentaires vraiment constructifs à son équipe ?

Commentaires vraiment constructifs

Donner des feedbacks constructifs à son équipe est important, car cela permet d’améliorer la performance individuelle et collective, de renforcer la confiance et la motivation, de promouvoir la communication et la collaboration et d’encourager l’apprentissage en continu. Les commentaires de qualité permettent également de corriger les erreurs et les comportements non productifs, tout en offrant des solutions et des stratégies pour améliorer les résultats. En fournissant un feedback régulier, synthétique, précis, permettant aux collaborateurs d’évoluer positivement, vous pouvez aider votre équipe à atteindre ses objectifs, à se développer professionnellement et à créer un environnement de travail épanouissant. Sommaire Soyez spécifique Restez positif Écoutez et soyez emphatique Évitez les jugements Fixez des objectifs réalisables Offrez des solutions Donnez un retour régulier Bonus – Quoi faire pour rester constructif 1. Soyez spécifique Évitez les commentaires généraux ou vagues. Essayez plutôt de donner des exemples concrets de ce que votre collègue a bien fait ou de ce qu’il pourrait améliorer. Voici quelques exemples de commentaires constructifs et spécifiques : “J’ai remarqué que tu as livré ce projet en respectant les délais, ce qui est très impressionnant. J’apprécie également la façon dont tu as organisé tes idées pour une présentation claire et concise.” “Je pense que tu pourrais améliorer ta communication en étant plus proactif dans la collaboration avec tes collègues. Essaie de donner ton point de vue plus souvent lors des réunions pour encourager la participation de tous.” “Tu as fait du bon travail sur ce projet, et j’ai remarqué que tu avais du mal à résoudre les problèmes de manière autonome. Je suggère que tu prennes plus de temps pour examiner les problèmes et trouver des solutions avant de demander de l’aide.” “Je trouve que tu as montré beaucoup de leadership dans cette situation difficile, en écoutant les préoccupations de tous les membres de l’équipe et en trouvant une solution satisfaisante pour tous. Continue comme ça !” 2. Restez toujours positif Mettez l’accent sur les réussites de votre collègue et offrez des suggestions pour améliorer les points plus critiquables. Il faut savoir que les commentaires positifs encouragent la motivation et la confiance en soi. Évitez les critiques personnelles : il ne faut jamais critiquer la personne pour elle-même, mais se concentrer uniquement sur son travail ou ses comportements. L’objectif est de fournir une critique constructive qui aidera la personne à s’améliorer, et non de la décourager ou de la blâmer. Utilisez un langage positif : privilégiez un langage encourageant qui va aider la personne. Elle se sentira alors soutenue et beaucoup plus motivée pour amener du changement dans sa manière de faire. Par exemple, au lieu de dire : “Tu as mal fait ceci”, essayez plutôt de dire “Tu pourrais essayer de faire ceci différemment la prochaine fois”. Voilà quelques exemples : Commentaire positif et constructif : “J’ai remarqué que tu as travaillé très dur sur ce projet, et j’apprécie vraiment tes efforts. Cependant, je pense que tu pourrais améliorer la clarté de tes idées en expliquant mieux certaines parties du projet.” Commentaire non constructif : “Ton projet est mauvais, ça ne va pas fonctionner.” 3. Écoutez et soyez empathique Prêtez de l’attention aux paroles de votre collègue afin de comprendre son point de vue et ses préoccupations. Montrez de l’empathie en reconnaissant les défis auxquels il ou elle est confronté(e). Mon conseil, ici, est de prendre un peu de temps avant de partager les commentaires. Il est important de prendre du recul et de se demander comment s’est déroulée la présentation du projet. Est-ce que la personne a elle-même remarqué des éléments d’amélioration ? Bien souvent, le collaborateur est très exigeant envers lui-même et a besoin d’un peu de recul pour regarder la situation autrement. Par la suite, je reprends le point de départ de la personne et je partage des idées sur comment la situation pourrait être améliorée. 4. Évitez les jugements Un jugement au travail est une opinion subjective que l’on porte sur les compétences, les performances ou les comportements d’un collègue, d’un employé ou d’un superviseur. Ce jugement peut être positif ou négatif et peut avoir un impact important sur la façon dont une personne est perçue dans l’environnement de travail. Il est donc nécessaire de faire preuve d’objectivité et de se baser sur des faits et des observations concrètes lorsqu’on évalue les performances d’un collègue ou d’un employé, afin d’éviter les jugements injustes ou biaisés. Quelques exemples de jugements : “Jeanne est très compétente et travaille dur, elle est un atout précieux pour l’équipe.” “Pierre est paresseux et manque d’engagement dans son travail, il est souvent en retard et ne respecte pas les délais.” “Marie est une excellente communicatrice, elle est capable de résoudre les conflits et de trouver des solutions créatives aux problèmes.” 5. Fixez des objectifs réalistes Il est important de garder à l’esprit que pour qu’un commentaire constructif soit valide, il doit s’accompagner d’objectifs réalisables. Aider votre collègue à définir des objectifs atteignables va contribuer à améliorer sa performance et son estime de soi. En offrant un soutien et des commentaires constructifs qui se concentrent sur des objectifs réalistes, vous pouvez aider votre collègue à atteindre un vrai succès professionnel. Les commentaires qui ne sont pas liés à des objectifs professionnels peuvent être perçus comme injustes ou inutiles, ce qui peut affecter négativement la relation de travail. 6. Offrez toujours une ou des solutions Si votre collègue rencontre des difficultés, offrez des solutions pratiques pour l’aider à surmonter les obstacles. Voici quelques pistes pour venir en aide à un collègue : Offrir directement votre aide : proposez à votre collègue de partager des ressources utiles, telles que des livres ou des articles pertinents pour son travail. Par exemple, si vous travaillez dans le design, vous pouvez recommander le livre “The design of everyday things” de Don Norman, ou encore, proposer un article de mon blog 😉 ! Pour une belle liste de livre pour stimuler le changement. Conseiller des outils : par exemple, au lieu de dire “Tu dois être plus organisé”, vous pouvez dire

Comment aligner les objectifs de mon équipe avec ceux de l’entreprise ?

Aligné objectifs avec l'entreprise

Bienvenue dans cet article qui va vous aider à résoudre un défi commun pour de nombreux responsables ou managers : comment aligner les objectifs de leur équipe avec ceux de l’entreprise ? Car mettre en parallèle les buts poursuivis par les collaborateurs avec ceux de l’entreprise est une étape importante, voire incontournable, pour assurer une collaboration efficace et une contribution significative à la réussite de la société. Dans cet article, nous allons explorer les étapes clés qui permettent d’atteindre cet alignement et garantir que votre équipe travaille de manière cohérente et efficace pour le succès de l’entreprise. Sommaire Comprendre les objectifs de l’entreprise Communiquer les objectifs de l’entreprise Définir des objectifs spécifiques pour votre équipe Mettre en place des plans d’action Suivre et évaluer les progrès Réajuster si nécessaire 1. Comprendre les objectifs de l’entreprise Pour comprendre les buts de votre entreprise, vous devez vous pencher sur sa vision, sa mission et ses valeurs fondamentales. La vision définit ce que l’entreprise souhaite réaliser à long terme, tandis que la mission décrit son but fondamental. Les valeurs, quant à elles, définissent les principes et les croyances qui guident les actions de l’entreprise. Une autre façon de comprendre les objectifs de votre entreprise consiste à étudier son plan stratégique. Ce document décrit les initiatives clés de la société pour atteindre ses objectifs à court et à long terme. Vous pouvez également consulter les rapports annuels de l’entreprise pour en apprendre davantage sur ses résultats et ses priorités. Ensuite, il est possible que la société crée annuellement une liste d’objectifs généraux qu’elle sera susceptible de modifier d’année en année, ce qui aura pour effet de définir les buts à atteindre pour chaque secteur de l’organisation : ainsi, le CEO aura des objectifs qui influenceront ceux du directeur des finances, du marketing, de la production, des ventes … Il arrive, parfois, que vous intégriez une entreprise où la vision, la mission, les valeurs, le plan stratégique et les rapports annuels soient inexistants. Mais la bonne nouvelle est qu’il est possible de travailler pour un groupe sans que ces éléments soient précisés ! L’astuce est de créer soi-même la vision, la mission, les valeurs et le plan stratégique… Pour vous aider, voici un article qui va répondre à vos principales questions : créer la vision et la mission de votre département. Dans tous les cas, il est important de communiquer avec l’ensemble des secteurs de l’entreprise, notamment les membres de la direction et les responsables des autres équipes : ils pourront vous donner un aperçu des objectifs spécifiques de l’entreprise et de la manière dont votre équipe peut y contribuer. 2. Communiquer les objectifs de l’entreprise Une fois que vous avez intégré les buts poursuivis par l’entreprise, vous devez communiquer clairement ces objectifs  à votre équipe. Assurez-vous que chaque membre comprend parfaitement ce qu’attend l’entreprise. Simplifiez et clarifiez les objectifs : prenez le temps d’intégrer en profondeur les objectifs de l’entreprise et simplifiez-les pour qu’ils soient compréhensibles pour l’ensemble de votre équipe. Expliquez les raisons qui se trouvent derrière les objectifs : aidez votre équipe à comprendre l’importance et les avantages d’atteindre les objectifs de l’entreprise. Donnez des renseignements complémentaires sur les marchés, sur les besoins des clients et les défis actuels de l’industrie. Parfois, les objectifs de l’entreprise sont loin de la réalité de votre équipe et il faut expliquer en quoi les activités que l’on réalise au quotidien aident la société à atteindre ses objectifs. Une belle action à mener est de demander à l’équipe comment eux font le lien entre les objectifs de l’entreprise et leurs actions. 3. Définir des objectifs spécifiques pour votre équipe Une fois que votre équipe comprend parfaitement les objectifs de l’entreprise, vous devez définir des buts spécifiques à atteindre pour assurer le succès de la société.  Assurez-vous que ces objectifs sont clairs, mesurables, réalisables, pertinents et temporels. En bref, qu’ils soient « SMART » ! Assurez-vous que les objectifs sont mesurables et atteignables : définissez des objectifs spécifiques, mesurables et réalisables pour que votre équipe sache exactement ce qu’elle doit faire pour contribuer à l’atteinte des buts de l’entreprise. Personnellement, j’adore utiliser la méthode SMART+. Pour en savoir plus, j’ai rédigé un article qui en parle en détail : vous serez surement intéressé par la méthode SMART+, car elle ajoute l’impact du temps dans la création des objectifs. On se rappelle que la clé de la réussite c’est le temps, et dès qu’on ajoute la dimension temporelle dans son action et sa réflexion, on trouve de nouvelles solutions. Impliquez votre équipe dans la définition des objectifs : cela peut les aider à se sentir plus investis dans les objectifs de l’entreprise et à mieux comprendre comment leur travail individuel contribue au succès de l’entreprise. Personnellement, j’adore faire des sessions de rétroaction au moins 1 fois par année. Cette session m’aide à identifier ce que l’équipe aimerait accomplir l’an prochain pour s’améliorer. Voici quelques questions utiles pendant la rétroaction : Qu’est-ce que vous aimez le plus dans notre structure ? Que pensez-vous de nos processus ? Qu’aimeriez-vous conserver l’an prochain ? Que devrait-on faire pour améliorer notre département ? C’est une approche positive qui aide à se poser les bonnes questions et à commencer l’année avec optimisme ! 4. Mettre en place des plans d’action Établir des étapes spécifiques pour atteindre l’objectif : divisez l’objectif en étapes et établissez une liste détaillée de ce qui doit être fait pour atteindre chacune de ces étapes. Faites une division du travail. Selon la taille de l’objectif, il sera peut-être nécessaire de le scinder en programmes de travail, en produits de développement ou en listes de projets. Parfois, un objectif a besoin de l’addition de différents projets pour qu’il soit atteint. Établir une échéance : définissez une date limite pour chaque étape (projet, programme, produit) ainsi que pour l’objectif final. Cela vous aidera à vous assurer que vous êtes sur la bonne voie pour réussir vos plans. Si vous n’avez aucune idée, je vous conseille de mettre en place des rapports réguliers qui vont

Comment créer le calendrier annuel de son équipe ?

calendrier annuel d'équipe

La mission du gestionnaire est d’aider son équipe à atteindre ses objectifs et de connecter son département au reste de l’organisation. Tout au long de l’année, il lui faudra mettre en place, gérer et organiser des activités. Pour y parvenir, il est essentiel d’avoir une bonne vision d’ensemble afin de déterminer ce qu’il est possible ou non d’accomplir en fonction de la charge globale de travail. En bâtissant le calendrier annuel des activités générales touchant l’ensemble de l’équipe, vous pourrez visualiser clairement l’emploi du temps des prochains mois. Ainsi, vous saurez quand il est préférable de reporter des activités, s’il faut en déléguer certaines ou en accélérer. Sommaire Dressez la liste des routines inhérentes au travail Préparez un tableau synthèse Créez votre calendrier Partagez le calendrier avec votre équipe Utilisez le calendrier tout au long de l’année 1- Dressez la liste des routines inhérentes au travail Avant de bâtir le calendrier, commencez par dresser la liste des éléments qui reviennent régulièrement chaque année. Passez en revue les points suivants : a) Congés, vacances et fêtes annuelles Faites le décompte de tous les congés, vacances et fêtes annuelles : temps des Fêtes, vacances de la construction, fête de la Saint-Jean-Baptiste, 1er juillet, etc. Par ailleurs, si votre entreprise fait affaire avec d’autres pays, votre équipe pourrait être à l’arrêt durant des périodes précises de l’année, le Nouvel An chinois par exemple. N’oubliez pas d’inclure les événements spéciaux pour votre équipe, notamment le party de Noël ou le BBQ l’été. Indiquez aussi les semaines durant lesquelles votre équipe prenne généralement ses vacances, ainsi que celles où elle est susceptible d’avoir à compenser pour les congés d’autres équipes dans l’entreprise. b) Plan fonctionnel, objectifs et rapports Chaque année, la direction vous demande de définir les objectifs de votre équipe en fonction de ceux poursuivis par l’entreprise. La plupart du temps, cet exercice coïncide de votre organisation. N’oubliez pas non plus d’indiquer dans votre calendrier la date à laquelle il serait important de faire un suivi de ces objectifs. Évaluez l’avancement des travaux avec votre équipe et ajustez-les au besoin. Dressez également la liste de tous les rapports que vous devez produire régulièrement. Avez-vous des indicateurs clés de performance (ICP ou KPI en anglais) à mettre en place et devez-vous remettre des rapports périodiques à vos supérieurs? Si vous œuvrez dans le domaine de la R et D, il vous faut probablement remplir un rapport à la fin de chaque année fiscale pour répondre aux exigences des crédits d’impôt. Pour être certain de ne pas en oublier, pensez à tous les liens existant entre votre poste et votre équipe, vos patrons, les autorités et vos clients. c) Budget et évaluation des ressources La mise à jour du budget pour l’année suivante est une tâche qui revient systématiquement. Savez-vous à quel moment vous devez l’effectuer? Existe-t-il des périodes plus propices que d’autres pour faire appel à des ressources, notamment informatiques, ou pour agrandir votre équipe? Si c’est le cas, intégrez cette information dans votre calendrier. N’oubliez pas les renouvellements de contrats, loyers, logiciels et autres facteurs qui pourraient avoir un impact sur votre équipe ou votre entreprise. Bien souvent, le budget est réclamé à la dernière minute. Grâce à ce calendrier, vous pourrez anticiper, en discuter avec votre équipe et lui permettre d’avoir son mot à dire. d) Liste des événements et projets majeurs Indiquez les événements importants de votre industrie, de votre entreprise et de votre équipe, par exemple les conventions, congrès et conférences. Réfléchissez également aux projets critiques à accomplir cette année, ainsi qu’aux balises à respecter. Demandez-vous aussi si votre entreprise organise des retraites pour les employées, si des formations ou certifications importantes sont au programme de l’année, et s’il y a une période pendant laquelle les auditeurs doivent évaluer vos processus et méthodes. En ce qui concerne votre équipe en tant que telle, réfléchissez aux rencontres que vous aimeriez organiser avec elle, par exemple des activités de team building ou des learning party durant lesquels le groupe partage ses résultats. N’oubliez pas les activités d’entretien, comme le nettoyage de l’espace physique et digital de l’équipe deux fois par année. c) Évaluation de la performance Il faut généralement effectuer des évaluations annuelles de performance. Profitez de cette période pour faire le point et vérifier que les objectifs ont bel et bien été atteints. Certaines équipes organisent plus d’une évaluation par année, tous les six mois par exemple. Notez ces dates dans votre calendrier. Note : Cette première étape implique que vous connaissez bien votre département. Si ce n’est pas encore le cas, je vous invite à lire cet article : Comment créer et améliorer son département? Puis, faites une première ébauche de calendrier et bonifiez-le au fil du temps. 2- Préparez un tableau synthèse La deuxième étape consiste à détailler la liste des activités que vous venez d’établir. Les éléments à faire ressortir sont les suivants : Les dates (début et fin de l’activité); La personne responsable (hors ou dans votre équipe); Les processus et systèmes, méthodes ou outils (en place ou à développer, ce qui peut aider à identifier des projets majeurs supplémentaires à lancer durant l’année); Les tâches typiques et importantes à effectuer selon l’activité identifiée. Ce tableau vous aidera à: Savoir si vous avez besoin de déléguer, de créer de nouvelles méthodes et procédures. Identifier des tâches simples que l’on peut effectuer à l’avance afin de réduire les pertes de temps et d’accélérer l’atteinte des résultats. Vous serez sans doute étonné de constater la quantité d’éléments récurrents dont vous êtes responsable et qui, pourtant, ne sont pas liés directement aux objectifs de votre département. Ce tableau vous aidera aussi à quantifier le temps réel dont vous disposez : vous réaliserez que vous en avez bien moins que vous le pensiez pour la réalisation des projets de l’équipe. L’entraînement aidant, vous pourrez sans doute détailler davantage chaque entrée du tableau. Dans un premier temps, limitez-vous cependant à une vue d’ensemble de l’année, sans inclure trop de détails à la semaine ou à la journée. Ensuite, vous pourrez vous concentrer sur certains éléments critiques afin de mieux vous