Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Stop à la critique qui sabote la créativité !

Le rythme du travail et les attentes de nos jours font que nous sommes de plus en plus exigeants envers nous même et envers les autres.  Dans ces conditions, il devient très facile de se critiquer, cela peut facilement devenir un automatisme. Si vous prenez l’habitude de vous critiquer, il ne reste qu’un pas pour se mettre à critiquer beaucoup plus, comme nos collègues, nos patrons, nos amis, les décisions, les méthodes, les processus… Même si la critique en dose raisonnable et constructive est bonne pour le développement, elle peut rapidement nuire à l’avancement si elle devient automatique. Il faut comprendre aussi que l’autocritique et la critique continuelles drainent. Avec le temps, vous aurez moins d’énergie pour travailler sur les améliorations, au contraire la critique va engendrer un cycle de déception et va pousser encore plus à la critique.

A. Soyez moins dur avec vous-même

1. Évitez la généralisation

Essayez de ne pas prendre un seul évènement négatif pour en faire une généralité. Considérez plutôt votre performance dans son ensemble. L’ensemble peut être une rencontre, une présentation, une analyse. Vous pouvez aussi voir l’ensemble sur une période plus longue comme une semaine, un mois, une année, une période.

En généralisant, vous faites que l’évènement négatif devient la moyenne. Mais est-ce vraiment le cas ? Soyez attentif, notre biais d’analyse ne serait-il pas biaisé ? Vous devriez être en mesure de voir ce qui va aussi bien que ce qui ne va pas. Rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. Dans un cycle, certains évènements seront positifs et d’autres négatifs. Il faut vraiment prendre le temps de regarder l’ensemble avant de faire une généralisation.

2. Faites ressortir ce qui va « bien »

Pour ne pas sombrer dans la critique trop rapidement, il faut faire une analyse complète, considérer AUSSI les situations et les éléments positifs. Il est toujours plus facile de voir ce qui ne va pas, mais prenez le temps de faire ressortir ce qui va. Vous pourriez par exemple souligner le fait que vous avez développé une méthode de travail qui n’est pas parfaite, mais qui va néanmoins stimuler :

  • Le développement de l’équipe,
  • La collaboration entre les groupes,
  • Les apprentissages

Il s’agit de s’habituer à voir les éléments positifs de chaque situation. Vous pouvez ensuite utiliser ces éléments stratégiques pour vous aider à reconnaître ce qui est important et que vous devez poursuivre. Ils constituent la base sur laquelle vous pouvez bâtir.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment améliorer sa communication en temps réel ?

3. Chronométrez vos sentiments

Si vous décidez de voyager dans le temps, de regarder dans le passé et de prendre le temps d’analyser, de critiquer les évènements passés, assurez-vous de vous limiter dans le temps. Ne faites cet exercice que sur 30 à 50 minutes maximum (le temps qu’il faut généralement pour qu’une émotion négative se dissipe). Faites votre analyse, votre critique de façon consciente, écrivez ce que vous analysez dans un journal, faites ressortir les apprentissages de la situation. Autorisez-vous à vivre et traiter pleinement vos émotions. Une fois le temps écoulé, faites un choix conscient sur la façon de mettre ces sentiments derrière vous et allez de l’avant.

B. Encouragez votre équipe à moins se critiquer

Observez la culture de votre équipe, a-t-elle tendance à se critiquer facilement et à critiquer les autres équipes ? Si c’est la tendance, demandez-vous si vous faites partie d’une équipe de perfectionnistes ? Et si c’est le cas, poussez votre équipe à devenir optimaliste plutôt. Le but ici est de garder les aspects positifs du perfectionnisme, mais de les adapter en considérant la réalité lorsque les attentes et les critiques sont faites.

Voici d’ailleurs un bon livre à lire sur le sujet : l’apprentissage de l’imperfection par Tal Ben-Shahar

Faire de votre équipe une équipe d’optimalistes devrait vous aider à stimuler votre équipe dans la bonne direction. Vous constaterez qu’il existe un niveau de critique qui stimule au lieu de paralyser.

1. Stimuler la génération de point de vue

Personne ne peut tout savoir et tout connaître d’une situation. Chacun arrive avec son expérience, son vécu et selon ces derniers l’analyse qui sera faite d’une même situation pourraient être négative ou positive. Par exemple, certaines personnes pourraient voir le manque de processus comme une opportunité pour prendre des initiatives et briller alors que pour d’autres cela pourrait être perçu comme de l’inefficacité et de la perte de temps.

C’est pourquoi il faut prendre le temps d’avoir des discussions qui encouragent le partage des points de vue. Posez des questions qui stimulent l’observation des éléments positifs d’une méthode ?

  • Qu’est-ce qu’on aime de (l’idée, la méthode, la décision…) actuelle ? Que devrait-on poursuivre, conserver ?
  • Si l’équipe devait entreprendre une action simple aujourd’hui, pour améliorer la situation, que pourrait-elle faire ?

2. 5 pour 1, le ratio de positif idéal

Savez-vous qu’il existe un ratio optimal de positif ? Il a été trouvé par John Gottman dans ses recherches sur les couples. John Gottman estime que cela prend 5 interactions positives pour 1 interaction négative pour qu’un couple soit heureux et qu’il fonctionne sur le long terme.

Si l’on se base sur ce résultat pour développer une équipe heureuse et performante sur le long terme, vous devrez vous assurer de maintenir ce ratio de 5 pour 1. Partagez cette idée avec votre équipe, proposez-leur des exercices de gratitudes et de reconnaissance de « bons coups ». Encouragez-les à identifier d’abord ce qui va bien. C’est une expertise/un talent à développer au sein de votre équipe. En tant que manager, vous pouvez le faire en posant vous aussi des questions qui poussent à avoir un regard positif sur la situation.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Ça y est ! Mon premier podcast

3. Motiver au lieu de réprimander

Lorsque vous rencontrez des situations difficiles, essayez d’utiliser les différentes émotions que vous ressentez pour stimuler l’amélioration continue.

  • Pensez à identifier ce qui a bien avancé, et soulignez les bons coups. Cela devrait aider l’équipe à voir le positif.
  • Soyez proactif, prenez le temps de penser aux étapes importantes à venir afin d’aller dans la bonne direction et de gagner en équipe.
  • Après avoir identifié ces étapes, posez des questions à votre équipe pour les aider à focaliser sur ce qui est important et la prochaine étape critique à ne pas négliger. Laissez votre équipe avancer, et stimulez-les dans la bonne direction.

4. Anecdote

Votre adolescent revient avec son bulletin. Ses résultats ont légèrement baissé par rapport à sa moyenne habituelle, que faites-vous ? Vous lui exprimez votre déception ou vous lui demandez ce qui s’est passé ?

Vous apprenez que votre ado a décidé de tester une nouvelle méthode de travail plus rapide afin d’avoir plus de temps pour faire du sport, du théâtre ou voir ses amis… Cette nouvelle méthode ne semble pas fonctionner parfaitement, mais il souhaite la faire évoluer. Cette baisse dans ses résultats est elle vraiment si terrible alors que dans quelques mois, cette nouvelle méthode lui permettra d’en faire plus ?

Tout est une question de point de vue. Ne soyez pas trop rapide dans vos critiques, elles drainent votre énergie et sans énergie pas de créativité ! 

Photo by Markus Winkler on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *