Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Est-ce que vous êtes du type « manager up » sans le savoir ?

Vous avez sûrement entendu parler de cette expression « manager up ». Vous l’avez peut-être vous-même utilisée pour parler d’un collègue ? Mais vous êtes-vous posé la question de savoir si vous êtes de ceux que l’on caractérise comme une personne « manager up » ?

Car ce n’est que très rarement qu’un collègue nous le dira de peur de nous froisser…

Manager up: signification

« Manager up » de l’anglais – « Managing up » veut dire établir une relation de travail fructueuse avec un supérieur, un gestionnaire ou un employeur.

Lorsque l’on « manage up » uniquement et que l’on utilise cette expression pour définir le style de quelqu’un : « Manager up » veut dire que vous passez presque la totalité de votre temps à répondre aux attentes du management supérieur et que vous ne portez que peu d’attention à répondre aux besoins des vos collègues à votre niveau ou au niveau hiérarchique inférieur.

Désolé je n’ai pas trouvé l’expression équivalente en Français . SVP mettre dans les commentaires si vous la savez.

Exemple de comportements des personnes qui « managent up » !

1. Priorise toujours le supérieur le plus haut

Votre collègue vous a demandé un rapport, de participer à une rencontre ou de l’aider à prendre une décision.

Mais si l’un de vos patrons vous demande quelque chose, vous allez répondre à la demande du patron avant celle de votre collègue presque systématiquement : votre collègue peut bien attendre.

2 L’invitation à une rencontre de collègues est optionnelle

Vos collègues, vos employés, votre équipe organisent une rencontre, mais votre tendance naturelle est de penser que cette rencontre est optionnelle. Pas besoin d’y aller. Et de plus, vous avez cette demande du patron qui doit avancer : pas le temps de participer à ces rencontres optionnelles.

Et pas besoin non plus d’avertir mes collègues que je ne serai pas présent, car il s’agit d’une réunion optionnelle : les seules rencontres obligatoires sont les rendez-vous avec les patrons.

3. Votre collègue attend depuis des mois

Vous avez une tâche sur votre liste qui est là depuis des mois. Votre collègue vous a même relancé. Et vous n’arrivez jamais à la faire, vous n’avez jamais le temps : il y a toujours d’autres urgences plus importantes, surtout celles qui viennent des patrons.

Pas de temps à perdre avec des tâches de moindre importance, il faut suivre la règle du 80/20. Vos patrons n’ont jamais attendu pour rien, par contre vos collègues, oui…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Podcast #0022 - Faute et Responsabilité

4. Vous avez l’habitude de copier les patrons

Lorsque vous demandez des choses aux autres, vous avez l’habitude de copier les patrons de peur que la tâche ne se fasse pas. Vous comprenez bien comment les priorités fonctionnent. Si les patrons ne sont pas au courant, les tâches ne se font pas.

D’ailleurs, vous détestez quand les autres copient votre patron pour vous forcer à faire une tâche.

Comment changer ?

D’abord, voulez-vous changer ou pensez-vous que votre approche de « manager up » entraîne des soucis pour vos collègues ? Dans tous les cas, sachez qu’avec le temps, on vous  qualifiera forcément de « manager up ». Et cette étiquette pourrait vous empêcher d’avancer dans votre carrière.

Pour évoluer, il faut que vous preniez le temps de changer votre mode de priorisation.

  •   Tous les collaborateurs, dans une entreprise, jouent un rôle : c’est votre responsabilité de les aider et dites-vous que certaines personnes, un jour, pourraient devenir votre supérieur.
  •   Si un collaborateur vous demande plus de 2 fois de faire une tâche, c’est un signe que vous ne la priorisez pas. Si vous pensez réellement que ce n’est pas important, dites-le franchement au lieu de « ghoster » votre collègue ou de vous trouver des excuses la prochaine fois qu’il aura relancé la demande.

Quoi faire avec un collègue qui « manage up » ?

Honnêtement, il n’y a pas beaucoup d’options.

  •   Envoyez-lui cet article, peut-être qu’il comprendra le message…
  •   Copiez les patrons sur les éléments les plus importants, autant par email que pour les rencontres !
  •   Trouvez des solutions pour faire avancer les tâches sans la personne : par exemple, faites-lui simplement réviser les documents et les rapports
  •   Prenez des décisions et envoyez le résumé à la personne et aux patrons en copie

Pour gérer une personne qui « manage up », il faut nous même « manager up ». Mais cela n’est peut-être pas naturel pour certains d’entre vous.

En général, il faut un grand choc à une personne qui « manage up » pour changer son mode de fonctionnement. Car la personne a généralement déterminé que c’est la bonne méthode de gestion pour ses priorités. Cette méthode lui a bien servi et a réduit sa charge de travail.

Donc, vous devez utiliser son système de priorité.

Si vous avez besoin absolument qu’une tâche soit accomplie, vous n’aurez pas d’autre choix que de passer par son patron. Et si son supérieur « manage up » également : bonne chance, car votre chemin sera long pour faire déplacer la personne !

Expérience personnelle

J’ai réussi une fois dans ma carrière à influencer une collègue qui manageait up, à changer son point de vue. C’était une bonne amie gestionnaire et on était les deux seules femmes dans l’équipe de gestion : cela nous a permis de tisser des liens.

J’ai réussi à l’aider en la faisant participer à une évaluation 360, qu’elle m’a demandée pour une de ses formations de gestionnaire exécutive. Par la suite, elle m’a posé des questions sur le feedback qu’elle avait reçu car c’était une demande de son coach.

Et je l’ai aidée, bien entendu.

Mon feedback a été entendu mais je peux vous dire que cela n’a pas été facile, car on parle d’un système de valeur profondément ancrée chez une personne. Une chance qu’elle était une amie et qu’elle savait que je voulais son bien. Cette discussion n’a pas été des plus faciles et j’ai pu prendre en compte l’autre côté de la médaille : elle se disait débordée et c’est pour ça qu’elle n’arrivait jamais à faire plus que ce que les patrons demandaient.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Une réflexion sur la chambre d'écho

Elle a compris qu’elle devait dire « non » et faire attendre ses supérieurs pour pouvoir répondre à ses collègues. Dire non à un patron était l’inverse de son système de valeur, ce qui n’était donc pas une tâche facile. Un réel travail de tous les jours !

Conclusion

Si vous « managez up », il y a des chances que vous ne le sachiez pas : vous avez un blind spot. Et si vous avez un collègue qui « manage up », vous le savez surement, car il est impossible de lui faire faire quoi que ce soit sans passer par les patrons.

Bonne chance !

Sachez que ce n’est pas de votre faute si votre collègue est comme ça. Par contre, il est de votre responsabilité de trouver des solutions pour le faire travailler avec vos équipes, de manière plus sereine…

Photo by sol on Unsplash

Une réponse

  1. Ondespositivesfr dit :

    je ne connaissais pas du tout ce terme, merci pour la découverte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *