Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Est-ce que tous vos plans d’action sont bien en place ?

plans ABZ

Pour réussir à atteindre un objectif, il faut nécessairement un plan. Même simple, cela suffit. Car on a besoin de connaître la bonne direction pour nous aider à avancer vers les buts qu’on s’est fixés.

Cependant, il est important de savoir quand il est temps de passer du plan A au plan B, mais surtout, de bien activer son plan Z en cas d’échec ! Cet article vous aide à créer le bon niveau de plan et vous aide à identifier les types de plans nécessaires pour vous aider à prendre le bon niveau de risque.

Sommaire

  1. L’importance de faire un plan
  2. Le risque de créer des plans trop détaillés
  3. Comment créer un plan utile et efficace ?
  4. Connaissez-vous précisément vos plans A,B, Z ?

L’importance de faire un plan

D’abord, il est important de savoir qu’il n’y a pas de plan sans objectif. Que l’objectif soit clair ou non, vous devez avoir un objectif avant de commencer à faire un plan. Le plan est constitué des différentes étapes qui vont amener à cet objectif. C’est un peu comme une carte : on regarde par où passer pour atteindre notre point d’arrivée.

Il existe donc plusieurs plans ou chemins possibles pour chaque objectif. Tout dépend du risque que l’on est prêt à prendre, de nos compétences et du temps et des ressources disponibles. Un plan sert aussi à s’assurer que toutes les parties qui œuvrent au projet comprennent les interactions des uns avec les autres.

Par conséquent, ne faites pas le plan dans votre coin, mais réalisez-le en collaboration avec les membres clés de votre équipe.

Ne tombez surtout pas dans le piège de faire l’exercice seul !

Le risque de créer des plans détaillés

Comme il existe plusieurs plans ou chemins possibles, on peut tomber dans le piège de vouloir créer le plan parfait avant de commencer. La peur de nous tromper fait que l’on passe un temps fou à se convaincre que notre plan est le meilleur.

Et pendant ce temps, l’horloge avance et vous n’avez peut-être rien entrepris de concret pour aller vers la réalisation de votre objectif. Il vaut mieux avoir un plan imparfait, mais qui nous permet d’avancer que de chercher à obtenir le plan parfait par peur de se tromper.

Car les situations changent souvent en dehors de notre volonté et vous devrez peut-être passer au plan B de toute façon…

Ne tombez donc pas dans le piège du plan parfait, mais commencez à travailler, même avec un plan qui n’est pas totalement abouti.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   11 habitudes pour être meilleur dans son travail !

Comment créer un plan utile et efficace ?

  1. Avant de vous lancer, il est important d’être réaliste : prenez le temps d’évaluer les ressources que vous possédez.
    • Sachez estimer correctement le temps nécessaire pour atteindre la destination
    • Combien d’énergie disposez-vous pour atteindre cet objectif ? On a souvent plus d’un objectif, il faut alors être en mesure de bien évaluer notre capacité à l’atteindre.
    • De combien d’argent avez-vous besoin, d’espace, d’outils particuliers ?
    • Quelles sont les compétences de votre équipe ?
    • Quelle est la taille de votre équipe ?
  2. Ensuite, pensez simplement aux grandes étapes qui devront être réalisées pour atteindre votre objectif.
    1. Demandez-vous combien de temps chaque étape devrait prendre : 1 mois, 3 mois, 6 mois ? Si les étapes sont plus courtes, c’est peut-être que vous êtes trop « granulaire » si votre projet s’étale sur 1 an.
  3. Et si tout semble aller « comme sur des roulettes », vous pouvez alors détailler le mois suivant. Mais il reste très difficile de préciser tous les enjeux sur 6 mois.
    • Mon conseil est de ne pas trop perdre son temps à le faire. Penchez-vous sur les 3 mois suivants avec un niveau de détail raisonnable pour vous permettre de voir les interactions avec les tâches du mois en cours. Et ne détaillez que les prochaines semaines : il se peut en effet que vous appreniez quelque chose qui vous fera changer obligatoirement de plan.

Pour plus de détails pour faire un plan

Connaissez-vous précisément vos plans A, B et Z ?

Pour vous aider à faire le meilleur plan A possible, il est très utile de comprendre le concept des plans B et Z.

Les connaissez-vous ?

  1. Le plan A est le plan actuel que vous venez de détailler : il s’agit du plan que vous suivez en ce moment.
  2. Le plan B est le plan qui suit le plan A : c’est celui que vous allez utiliser quand vous allez apprendre que le plan A ne fait plus vraiment sens.

Par conséquent, votre plan général est une succession de plans A qui passent aux plans B pour redevenir des plans A quand la situation l’exige.

Le plan Z, quant à lui, est le plan à activer lorsqu’il est certain que vous n’allez pas atteindre votre objectif. C’est le plan de secours en cas d’échec. Sans plan Z, il devient très difficile de prendre des risques !

Exemple de plan Z

Vous avez envie de vous trouver un nouvel emploi ou de vous lancer dans l’entrepreneuriat ? Vous avez votre plan A : trouver par exemple un job de niveau supérieur, avec une localisation proche de votre maison et dans un domaine qui vous stimule. Alors, vous vous donnez 6 mois à 1 an pour réussir.

  • Mais que se passe-t-il si vous ne trouvez pas ?
  • Avez-vous votre « fall back plan », c’est-à-dire votre plan Z ?
  • Souhaitez-vous retourner vers un emploi semblable à celui d’aujourd’hui ?
  • Si vous êtes célibataire sans enfant et sans avoir d’engagement, c’est peut-être de tout simplement revenir habiter chez vos parents ou de retourner en co-location pour continuer à chercher ?

Dans le cadre d’un projet d’entreprise, le plan Z serait d’arrêter le projet et de rediriger l’équipe vers un autre objectif. Ou peut-être, d’aller chercher de nouveaux investisseurs…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment prendre des décisions au bon moment ?

Si votre plan Z et réaliste, vous pourrez ainsi prendre plus de risques et tester plus d’opportunités. Bref, être plus ambitieux ! Connaître parfaitement son plan Z est donc important pour bien mesurer la taille de vos projets à réussir.

Conclusion

Les plans sont très importants, mais ce qui est encore plus incontournable est la gymnastique du plan : c’est à dire connaître son plan A, mais également repérer le moment où il est temps de passer au plan B. Les plans sont là pour être adaptés et permettre à un groupe de bien se synchroniser.

Bien entendu, n’oubliez pas de bien mettre au point votre plan Z., car avec lui,  vous pourrez savoir quel est le niveau de risque qu’il vous sera possible de prendre !

Photo de Hanna Morris sur Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *