Comment écrire un objectif qui stimule l’innovation ?

Partager l'article :
Photo by Octavian Rosca on Unsplash

En 1998, la description et création du titre « chief innovation officer » CIO est née grâce au livre Fourth Generation R&D. Ce qui a eu pour effet de créer des groupes en entreprise mandatée de faire de l’innovation. Malheureusement, cela a laissé sous-entendre que certains groupes pouvaient innover pendant que d’autres non. 

Le mot innovation est devenu très chargé avec les années tellement que certains en sont devenus allergique. Pourtant la définition du mot est simple : 

L’innovation est l’action d’innover, c’est-à-dire de chercher à améliorer constamment l’existant, par contraste avec l’invention, qui vise à créer du nouveau.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Innovation

Aujourd’hui, il est clair que l’innovation est l’affaire de tous et pas qu’un seul groupe. Mais comment stimuler l’innovation si aucun groupe n’en est responsable ? 

Il y a plusieurs moyens, mais l’un que je trouve très intéressant est de jouer avec le temps dans l’écriture de nos objectifs. 

Ajouter la notion du temps à nos objectifs

Notre perceptive par rapport au temps a beaucoup plus d’influence que nous le pensons. Le pourquoi du titre de mon blog : La clé c’est le temps. Donc, comment stimuler l’innovation ? Simplement en utilisant le temps dans l’écriture d’un objectif. 

Voici un exemple, prenez l’objectif : vivre vieux et en santé c’est un super objectif, right? Mais si nous écrivons maintenant : planifier de vivre 125 ans sachant que nous pouvons mourir demain, qu’est-ce que cet objectif a de différent ?

D’abord le choc 

Premièrement, il provoque. Votre première réaction est peut-être, wow quel exemple, c’est un peu extrême Isabelle, ou encore, pourquoi veux-tu vivre 125 ans? C’est trop! Tu n’y arriveras pas, c’est trop ambitieux. Tu vas souffrir et voir tout le monde partir, tes amis vont mourir avant toi. Sans oublier que tu seras peut-être malade ou que tu vas commencer à t’ennuyer.

Toutes ces réactions sont dues au fait que nous 

  • savons qu’il est relativement possible, mais peu probable de vivre 125 ans.
  • connaissons les théories sur l’âge maximum réel qui est autour de 120-125 ans.
  • savons qu’en réalité, à notre époque, l’âge moyen d’espérance de vie est autour de 82 ans. 
  • imaginons aussi que nous serons bien mal en point bien avant 125 ans,

Avez-vous remarqué que nous utilisons notre connaissance du présent pour évaluer la situation future, et ce sans la faire évoluer.  Nous sommes pris par la réalité actuelle. Et si nous nous en dégagions que se passerait-il ? 

Le monde change, il ne faut pas l’oublier!

Nous oublions que lorsque nous aurons 125 ans ce sera dans 80 ans. D’ici là, la vie sera bien différente et surtout notre compréhension du monde et nos technologies seront bien différentes aussi. Nous avons tous une tendance naturelle à regarder les systèmes comme des points de vue fixes, selon de la réalité actuelle. Et pourtant, nous savons tous que le monde a changé entre 1950 et maintenant. Pourquoi ne continuerait-il pas de changer entre maintenant et les 60 prochaines années?

Il est certain que si nous nous arrêtons à la réalité d’aujourd’hui et bien nous n’innoverons pas. Il faut accepter que le temps laisse la place aux changements.

La visualisation du futur

Un autre aspect qui n’est pas pris en compte dans notre première analyse est qu’il est possible de sculpter notre futur. Le pouvoir de la visualisation. Tout évolue, et si nous influencions notre futur selon nos préférences au lieu de la réalité actuelle.

Étant donné qu’il existe un écart entre aujourd’hui et la réalité du futur, comment pouvons-nous faire évoluer les choses en direction de notre objectif. 

  1. Il faut visualiser l’état final
  2. identifier les éléments manquants 
  3. faire un plan pour tenter de réduire l’écart, plus l’objectif est ambitieux et le besoin d’innover sera grand 

Créer un objectif qui inclut un écart dans le temps permet justement de se donner le temps d’innover

Donc, se projeter dans le futur, tendre vers un nouvel état qui nous est souhaitable et se laisser le temps d’y arriver laisse beaucoup de place à l’innovation. 

L’importance d’espace-temps pour innover

L’écart temporel entre la réalité d’aujourd’hui avec celle vers laquelle nous tendons est essentiel. Si nous ne faisons rien pour changer l’état naturel des choses, les chances de vivre en santé jusqu’à 125 ans sont très faibles. Par contre, si nous y travaillons et bien nous augmentons nos probabilités de réussite. L’espace-temps qui existe entre aujourd’hui et l’objectif doit être utilisé. Si la période de temps est trop courte, il ne sera pas possible de trop innover. Si la période est assez grande, il sera possible de prendre des risques et d’essayer des choses.

Quelques exemples d’actions qui pourraient nous permettre de vivre plus longtemps et en meilleure santé :

  1. bien dormir 8 h par nuit,
  2. vivre en minimisant notre niveau de stress,
  3. faire de l’exercice, de la méditation
  4. bien manger
  5. faire des bilans de santé régulièrement 
  6. être à l’affût des nouvelles connaissances dans le domaine la longévité et mettre en place les dernières découvertes
  7. Si vous êtes chercheur peut-être que vous pourriez vous lancer dans un programme de recherche sur le sujet 
  8. si vous êtes un investisseur vous pourriez investir dans ce secteur 

Les premières actions sont plus du registre applicable aujourd’hui, et moins innovant. Par contre, les derniers sont plus en lien avec des percées potentielles. Plus l’objectif sera difficile et plus il sera nécessaire d’innover. 

Par contre, toutes ces actions sont de bonnes choses à intégrer dans nos vies, et ce même si nous n’arrivons pas au but final de vivre 125 ans. Ce qui m’amène au point : ajouter le temps aux objectifs n’a pas d’effet négatif, tant que l’objectif ne nous paralyse pas. Au pire, l’objectif sur le long terme influencera nos prises de décisions aujourd’hui et affectera notre routine. Au mieux l’objectif sur le long terme stimulera à nous lancer dans des projets hors norme afin d’atteindre cet objectif ambitieux.

La théorie MAYA — l’importance du passé

Raymond Loewy, un designer industriel du 20e siècle, qui a influencé ce à quoi l’Amérique ressemble aujourd’hui, parle de la théorie MAYA : Most Advanced Yet Acceptable, (en français : Le plus avancé, mais toujours acceptable).

Sa théorie dit que nous ne sommes pas capables d’avancer trop rapidement, faire de trop grands sauts dans l’esprit. Il faut qu’une bonne portion de ce que nous créons soit reconnaissable, identifiable dans notre présent. Sinon il semblerait qu’il est difficile de l’apprécie et de l’intégrer.

Ce qui veut dire que notre futur proche est dépendant de notre passé.

Personnellement, je suis arrivée à la même conclusion lors de mes créations de mises en scène, de mes développements de nouvelles technologies.  Si les innovations ne sont pas reconnaissables, il est très difficile de se les approprier et d’avancer. Cette théorie est importante, nous ne pouvons développer quelque chose qu’à partir du passé.

Un exemple pour illustrer : pendant la période médiévale, il existait en théorie tous les matériaux pour construire un téléphone intelligent. Théoriquement il était possible pour une personne ou un groupe de personne de l’inventer, et pourtant le téléphone intelligent n’est apparu qu’il y a quelques années. Pourquoi ? Il y a plusieurs raisons, mais je pense que la plus importante est que l’écart entre ce qui existait à l’époque et le concept du téléphone intelligent était trop grand pour que l’esprit puisse le créer.  Le concept est simple, notre esprit a de la difficulté à imaginer des choses qui sont très loin de la réalité actuelle.

Si vous êtes curieux, allez voir cette vidéo, cette théorie y est très bien expliquée

http : //ed.ted.com/featured/xgmepk0G.

Par conséquent, plus nous ferons d’itération rapide et plus nous pourrons évoluer. D’où l’intérêt de la méthode Agile en développement de technologie. 

Pousser le concept pour encore plus d’innovation

125 ans c’est encore relativement acceptable avec notre esprit d’aujourd’hui, mais que se passe-t-il si nous disons 1000 ans. Pour vivre 125 ans le besoin d’innovation sera bien différent que si nous voulons vivre 1000 ans. Dans ce cas de figure, il y a des chances que nous lancions des projets et que d’autres les continuent. 

Les cathédrales ou ce genre de projets d’envergure qui ont marqué l’histoire sont ceux qui se sont risqués à aller plus loin dans le temps. Au-delà même de l’espérance de vie de l’homme moyen de l’époque.

Elon Musk est le champion sur le sujet avec ces nombreux projets ambitieux.  Avez-vous remarqué que plusieurs de ces projets sont sur le long terme ? Elon Musk a une capacité incroyable à se projeter dans le futur ce qui lui permet d’aller plus loin dans l’acceptable. Ne voudriez-vous pas être un peu plus comme lui ?

Conclusion 

Donc, pour innover il est possible de jouer avec le temps pour écrire nos objectifs. Plus l’objectif est loin et plus il est ambitieux et plus il sera nécessaire d’innover. Par contre, il est important de ne pas négliger le passé et d’où nous venons. Le passé et nos apprentissages sont les points de départ, et ils doivent être pris en considération dans notre plan d’innovation. Par conséquent, il est important de faire des itérations rapides pour avancer au bon rythme, changement en fonction du temps. 

Un exercice 

Pour ceux qui veulent pousser la réflexion plus loin, qu’en est-il de notre futur lointain? Est-il dépendant de notre passé immédiat ? Je vous laisse y penser.

Prenez un peu de temps pour penser à un de vos objectifs personnels et jouez avec le temps, ajoutez-lui une composante temporelle qui pourrait vous aider à innover ou à vous stimuler dans de petits détails au jour le jour.

Par exemple :

Prenez votre objectif de vente ou de développement de produit de cette année, regardez la stratégie développée pour atteindre l’objectif, ensuite changez le timeline, ajoutez 2 ans à l’objectif. Que se passe-t-il ? L’objectif change ? ou il demeure-t-il le même. Dans les deux cas,  est-ce que cela change la stratégie, les ressources, pour atteindre l’objectif ? Si oui et bien quel est le timeline le plus stimulant pour arriver à la meilleure solution.

Voici un TED très intéressant à ce sujet

Livre cité dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*