Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Combler son besoin de reconnaissance au travail

reconnaissance au travail

Êtes-vous plutôt du genre à avoir besoin de reconnaissance au travail ? Ou la reconnaissance est quelque chose qui ne vous touche pas vraiment ? Estimez-vous que puisque vous faites le travail pour lequel vous êtes rémunéré la reconnaissance n’est pas vraiment nécessaire ? Quel que soit votre profil, je vous encourage à lire cet article, vous pourriez être surpris.

Définition de la reconnaissance

Selon le Larousse, la reconnaissance est : l’action de reconnaître quelqu’un ou quelque chose, l’action d’admettre qu’on est l’auteur ou le responsable d’une action, le sentiment qui incite à se considérer comme redevable envers la personne de qui on a reçu un bienfait. En quelque sorte, pour être en mesure de reconnaître il faut être dans l’action, l’action de connaître, l’action d’identifier l’auteur et le responsable d’un effort, d’un résultat, d’une compétence…

Les différents types de reconnaissances ?

La reconnaissance peut se présenter sous plusieurs formes. Voici quelques exemples de situations et de reconnaissances auxquelles vous pourriez être sensible.

  1. Votre boss passe près de votre bureau le matin et ne vous a pas dit bonjour. Si cela vous contrarie, c’est que vous avez besoin de reconnaissance existentielle.
  2. Vous constatez que vous n’avez pas été invité à une rencontre à laquelle vous auriez, selon vous, dû participer. Si cela vous contrarie alors vous avez besoin de la reconnaissance de vos pratiques de travail, de vos compétences…
  3. Vous avez fait un effort soutenu pour livrer un projet qui avait son lot de défis et de conditions difficiles. Même si les résultats ne sont pas parfaits, vous êtes déçu que personne ne vous dise merci ou ne parle du travail qui a été accompli. Si c’est le cas, c’est que vous avez besoin de la reconnaissance de l’effort effectué.
  4. Vous et votre équipe avez atteint vos objectifs et dans les délais impartis. Le résultat est quasiment du jamais vu dans votre entreprise, néanmoins personne ne vous fait de commentaires ou ne vous félicite. Si cela vous fatigue, c’est que vous avez besoin de reconnaissance de vos résultats.
  5. Vous constatez que votre nom n’est pas dans la liste des auteurs d’un document alors que vous avez activement participé à sa rédaction.
  6. Quelqu’un présente l’un de vos concepts et ne prend pas la peine de vous citer.

Comme vous pouvez le constater, il existe plusieurs formes de reconnaissances. La reconnaissance de vos supérieurs ou de votre entreprise ne suffit pas toujours. C’est dans ces situations quotidiennes que vous remarquez qu’avoir un salaire, des bonus, des cadeaux pour les années de service… ne suffit pas toujours pour répondre à tous les besoins de reconnaissance que cela soit les vôtres ou ceux de votre équipe.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   S'amuser au travail, c'est ça le secret !

3 astuces pour stimuler la reconnaissance

1. La reconnaissance à 360 degrés

La plupart des gens s’attendent à ce que la reconnaissance provienne de leurs supérieurs. Ils pensent que c’est un concept unidirectionnel, alors la reconnaissance doit être pluridirectionnelle. Il est aussi important d’en recevoir que d’en donner. Il faut autant savoir offrir sa reconnaissance à son patron qu’à ses collègues ou ses employées lorsque vous détectez un effort, une bonne action ou une réussite de leur part.  Avez-vous dernièrement pris le temps de reconnaître le bon travail de votre collègue ? Ou avez-vous même seulement pris le temps de le connaître, de découvrir ce qu’il aime ? Plus vous connaissez votre entourage et plus vous travaillerez efficacement ensemble. Prendre le temps de se connaître et s’adapter à l’autre et à ses besoins est en soi une forme de reconnaissance.

2. La reconnaissance en fonction du temps

Pour la reconnaissance aussi, la clé c’est le temps ! Si vous pensez que de dire merci une fois par année à vos employés et vos collègues suffit, c’est une erreur ! Reconnaitre les efforts, le bon travail, l’implication devrait devenir un réflexe, un geste naturel. Pensez à le faire de façon régulière et non seulement lors l’évaluation annuelle. De plus, offrir de la reconnaissance pour une action complétée il y a des mois n’aura pas autant d’impact que si la reconnaissance est donnée immédiatement.

Si vous sentez que cela ne vous vient pas encore naturellement, accordez vous 10 min par jour, cette semaine et faites l’exercice d’observer si un collègue ou un membre de votre équipe mérite de la reconnaissance de votre part. Prenez conscience :

  • Des efforts fournis,
  • Des centres d’intérêt et des activités personnelles importantes de vos collègues,
    • Si un de vos collègues vient de terminer son MBA, et bien, prenez le temps de le souligner et de le féliciter.
  • Des résultats accomplis,
  • Que vous pouvez consulter un collègue pour lui demander son avis

Il existe de multiples façons de reconnaître le travail ou les efforts d’un collègue, patron ou employé. Si vous constatez que cela ne fait pas partie des coutumes de votre entreprise, essayez de changer cet état de fait.

3. La reconnaissance de soi

La reconnaissance du travail ou des efforts des autres est primordiale, mais savoir apprécier ses propres efforts, résultats, apprentissages est aussi très important. Quand avez-vous pris le temps de faire un bilan de vos réussites ? Quand avez-vous pris le temps de reconnaître ce que vous avez appris ? Les défis que vous avez surmontés ?

Êtes-vous simplement passé d’un défi à l’autre sans prendre le temps de les souligner ? Vous auriez pu vous féliciter lorsque vous avez :

  • Réussi à garder votre sang-froid lors d’une réunion tendue,
  • Réussi à rédiger un rapport plus rapidement que d’habitude,
  • Appris à utiliser un nouveau logiciel par vous-même.
  • Effectué une importante présentation devant un grand groupe sans vous démonter.

Si vous êtes gestionnaire, vous pourriez lors de vos prochaines rencontres individuelles, demander à vos collaborateurs quelle est leur plus belle réalisation des dernières semaines. De toute façon, prendre du recul et regarder ce qui a été accompli est toujours un excellent exercice surtout si vous avez l’impression que la situation ne va pas très bien. Si c’est le cas, je vous invite à aller lire cet article : comment relativiser quand tout va mal ? Cet article a été écrit par un ami blogueur, Nicolas, que je vous invite à découvrir.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Organiser votre plan de carrière

Conclusion

Vous comprenez maintenant que la reconnaissance n’est pas unidirectionnelle et possède plusieurs formes. Les attentes de chacun à ce niveau peuvent être différentes, c’est pour cela que vous devez être capable de vous s’adapter et d’offrir à vos collègues ce dont ils ont besoin. De plus, même si la reconnaissance doit être faite sur une base régulière, il reste néanmoins important qu’elle soit montrée au bon moment et pour une bonne raison sinon elle perdra de sa valeur. Savoir user de la reconnaissance à bon escient permettra de créer une belle énergie dans votre équipe. Alors, lancez-vous et essayez cette semaine d’augmenter votre capacité et celle de votre entourage à reconnaître les bons coups.

2 réponses

  1. Merci pour cet article!

    J’ai beaucoup appris sur la reconnaissance grâce a vous!
    J’ai aime la partie ou on apprend a se féliciter plutôt qu’a attendre de la félicitation. Un genre de self-recognition, de l’estime de soi!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *