Comment devenir un excellent directeur ?

Partager l'article :

Quelle est, selon vous, la définition d’un excellent directeur/manager ? Chacun peut avoir sa propre description et avoir ses préférences quant au style de gestion. Mais selon moi, les excellents directeurs sont des personnes qui ont la capacité de prendre des décisions importantes rapidement tout en gardant le cap sur la stratégie de l’entreprise. Alors, si vous aussi vous souhaitez pouvoir prendre des décisions rapidement tout en gardant le cap, il faudra vous assurer de bien balancer les 3 sphères suivantes de votre métier :

  • L’influence
  • La gestion
  • Le « leadership »

La sphère de l’influence

Pour être un bon directeur, il faut avoir de l’influence et savoir en user efficacement sur ses supérieurs hiérarchiques, sur d’autres directeurs/managers et sur les équipes de son organisation. Le directeur a souvent besoin d’amener d’autres directeurs à le soutenir dans ses plans d’organisation, étant donné qu’il y a souvent des interactions entre les groupes. Grâce à son influence, un bon directeur peut les amener à suivre les processus et les systèmes d’interconnections avec les autres départements par exemple.

Il arrive aussi parfois que le directeur ne puisse pas prendre seul certaines décisions, il aura alors besoin de l’appui des autres directeurs ou de son patron. L’important ici est de prendre des décisions alignées qui donnent aux équipes des instructions claires pour qu’elles puissent avancer ensemble. Si les décisions sont contradictoires ou mal synchronisées, les équipes ressentiront un manque d’alignement du management et perdront confiance en votre capacité à diriger.

L’importance des relations dans la sphère de l’influence

Le directeur doit aussi pousser son équipe à suivre la culture de l’entreprise, il doit motiver les  membres de son équipe à contribuer à la mission et la vision de l’entreprise. Il arrive de penser, à tort selon moi, que le plus important est d’influencer ses supérieurs, mais en réalité, il faut savoir influencer dans toutes les directions.

Pour développer son influence, il faut développer ses relations avec les autres et il faut être à l’affût des enjeux du marché et de l’entreprise. Il n’y a rien de pire que d’influencer sans maîtriser le contexte entourant l’entreprise.

Savoir utiliser son influence aide à mobiliser et stimuler l’organisation au bon rythme. Une fois cette capacité à influencer maîtrisée, il faut savoir aussi établir des objectifs ambitieux, mais réalistes, savoir mettre en place des structures opérationnelles hautement efficaces et s’entourer d’équipes fortes.  Ce qui nous mène à la deuxième sphère à travailler pour être un bon directeur.

La sphère de la gestion

Savoir influencer ne suffit pas à faire naître les idées et les décisions. Savoir aussi opérationnaliser la vision et la stratégie de l’entreprise est important. En tant que directeur, vous avez la responsabilité de gérer, organiser et mettre en place les systèmes. Bien sûr que vous pouvez déléguer et je vous y encourage, par contre, vous êtes celui qui gère la vue globale de l’ensemble des éléments à mettre en place pour prendre les décisions stratégiques. 

Par conséquent, pour être un bon directeur vous devrez savoir identifier, améliorer et suivre les processus et systèmes qui vous permettront d’accomplir la vision de l’entreprise. Vous devrez être capables d’identifier les méthodes à mettre en place. Le but étant de permettre à votre équipe de bien s’organiser et d’interagir efficacement avec les autres.

Voici la liste des aspects de la gestion dont le directeur est responsable :

  1. L’élaboration et la création des procédures, processus et systèmes (penser aux interconnexions intra et extra départementales),
  2. Développer les compétences de son équipe,
  3. La mise en place des outils de travail,
  4. Le tissage des liens avec les autres équipes,
  5. Le développement de canaux de communication efficaces

En développant les outils et les processus, cela permet de réagir rapidement aux changements et cela aide à maintenir l’efficacité de l’équipe à court et long terme. Identifier les personnes responsables de ces processus et systèmes est primordial pour permettre une amélioration continue et le partage de l’autorité. J’ai déjà travaillé dans une entreprise où le processus d’achat était tellement compliqué que personne ne savait qui avait le pouvoir de le changer. Dans ce cas-ci, le manque de leadership sur le système expliquait sa lenteur.

La mise en place des bons outils et processus ne suffit pas complètement, un bon directeur et un bon gestionnaire doivent :

  • S’assurer que tout le  monde soit formé à les suivre,
  • Être capable d’expliquer l’ensemble des processus et méthodes de travail qui touchent son équipe,
  • Expliquer pourquoi ces outils et processus existent,
  • Renforcer ces outils et processus en encourageant l’équipe à les utiliser.

Il n’y a rien de pire que de présenter de bons processus et une belle structure opérationnelle sur PowerPoint et de se rendre compte que personne ne connait cette structure ou ne suit ces processus. C’est là que vous comprenez l’importance de notre dernière sphère.

La sphère du « leadership »

Savoir influencer et être bon en gestion ne suffit pas, il faut aussi savoir mener des projets stratégiques, guider son équipe à travers le changement, savoir créer et former des équipes…, en conclusion, il faut savoir mener, avoir du « leadership ».

Par exemple, vous pourriez avoir à diriger des sous-groupes de gestionnaires, avoir à former d’autres directeurs à mettre en place des processus et systèmes entre les départements. Si vous ne l’avez jamais fait, vous passez à côté d’une énorme opportunité d’optimisation de votre entreprise.

Être un « leader » implique aussi d’avoir la capacité à maintenir en tout temps une vision à long terme, axée sur l’avenir de l’entreprise, tout en réagissant rapidement aux changements qui se présentent à court et à moyen terme. Un « leader » prend le temps de réfléchir à l’impact d’une nouvelle information sur les plans initiaux. Il s’assure de communiquer les raisons du changement et d’expliquer comment ce changement sera déployé. Une fois ce changement déployé, ce sera votre talent de gestionnaire qui aidera au maintien en place de ces nouvelles règles jusqu’au prochain changement.

Mais attention à chaque changement mis en place vous devrez conter l’histoire qui explique ce changement afin d’aider votre équipe à l’accepter, vous aurez alors besoin de votre talent d’influenceur, ainsi la boucle est bouclée !

En conclusion

Pour être un bon directeur, il ne suffit pas de parler et d’inspirer les autres, il est nécessaire d’identifier et mettre en place des processus opérationnels et de s’assurer de les renforcer.

  • Si vous constatez que vous ne faites que parler et influencer dans des meetings posez-vous des questions,
  • Si vous réalisez que vous passez votre temps à penser à des processus posez-vous des questions,
  • Et pour finir, si vous n’êtes que dans l’action sans penser au futur et à l’organisation générale, posez-vous aussi des questions.

Être un bon directeur n’est pas forcément facile, c’est un travail de tous les jours, alors ne baissez pas les bras !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*