Comment influencer son gestionnaire ?

Partager l'article :

C’est une situation que vous connaissez, vous savez que l’équipe fonce tout droit dans un mur, vous en parlez et personne ne vous écoute, même pas votre gestionnaire. Mais pourquoi?

D’abord, félicitations, prendre le temps de parler à son gestionnaire n’est pas toujours une chose facile. Mais il s’agit d’une compétence nécessaire si vous voulez avoir plus de responsabilités. Par contre, il faut savoir comment l’approcher sinon les conséquences peuvent être néfastes sur le long terme. Si vous utilisez votre capacité à voyager dans le futur, le défi pourrait être encore plus grand. Vous aurez alors la chance ou la malchance de voir des éléments que d’autres ne perçoivent pas encore. 

 

Mon gestionnaire ne m’écoute pas, et l’on se dirige directement dans un mur 

Cette semaine, une collègue, responsable d’un programme de recherche, me partageait sa frustration de ne pas être capable d’expliquer les risques qu’elle perçoit.  Dans son cas, c’est qu’il y a un gros morceau technologique connexe à son projet qui n’est pas couvert par d’autres activités dans l’organisation. Elle a tellement passé de temps à réfléchir sur le sujet et à comprendre les étapes pour y arriver qu’elle voit clairement ce qu’il manque. Et l’autre souci est que cette activité importante doit être commencée rapidement si l’on veut garantir la réussite des produits envisagés.

Elle n’est pas certaine que son gestionnaire comprend bien qu’elle ne couvre pas cette partie avec son projet. Elle a peur de se faire réprimander dans le futur au sujet de cette activité qui selon elle ne lui appartient pas. C’est tout à fait légitime comme sentiment. C’est souvent ce genre d’anxiété que l’on ressent lorsque l’on perçoit de futurs potentiels problèmes. Si vous avez la capacité de lire dans le futur, vous comprenez certainement.

 

Comment détecter que votre gestionnaire ne vous suit pas ? 

  • Il tombe rapidement en mode d’évitement. Il amoindrit la situation pour vous rassurer. Il vous dit des phrases comme : « Ne t’inquiète pas, tout est sous contrôle », mais vous voyez bien que ce n’est pas le cas, puisque sinon vous n’auriez pas besoin d’en parler.
  • Il n’a pas de temps pour vous écouter. Il est trop concentré sur d’autres choses. D’ailleurs, il a peut-être rarement le temps de vous écouter, car il a des problèmes beaucoup plus importants. (selon lui)
  • Il change de sujet rapidement lorsque vous commencez à partager votre vision du futur.
  • Il monte de ton, ou change de ton quand vous abordez le sujet qui vous tracasse.
  • Il ne vous regarde pas quand il vous parle

Tous ces signes sont importants à détecter. Il faut être alerte et comprendre ce qui stimule votre gestionnaire afin de bien l’influencer.

 

Comment éviter d’être frustré de ne pas être entendu par votre gestionnaire ? 

Il faut commencer par comprendre quelques faits sur vos dirigeants. Ces faits ne dépendent pas de vous et il faut aussi accepter le fait que ce n’est pas parce que vous voyez le futur que vous en êtes responsable :

  1. Vous n’avez pas accès aux mêmes genres d’informations que votre gestionnaire (Fréquence)
  2. Vous ne percevez pas les mêmes détails que lui.  Soit parce que vous êtes un expert dans votre domaine et lui non. Soit parce qu’il n’est pas intéressé en ce moment par ce genre de détails (Fréquence).
  3. Votre gestionnaire est mal à l’aise quand on parle de risque, car il en voit bien d’autres et se sent dépassé. Ou encore celui que vous partagez est bien petit par rapport aux autres dont il est au courant. Il ne peut pas en prendre plus. Alors, il est en déni ou ne voit pas l’importance que la situation a pour vous. (Énergie)
  4. Votre gestionnaire est inconfortable avec la projection dans le futur à ce niveau de détail. C’est que l’on n’a pas tous la même personnalité en gestion. Il n’est pas capable d’apporter à ces détails de l’importance ou de les comprendre. (Fréquence)
  5. Votre gestionnaire est mal à l’aise avec les émotions partagées. Peut-être montrez-vous que vous avez peur de la suite? Ou encore vous avez commencé à montrer vos frustrations sur une situation qu’il ne comprend pas encore. (Énergie/Vitesse)
  6. Votre gestionnaire n’est pas parfait, et a ses limites (Énergie, Vitesse, Fréquence)
  7. Une équipe ne peut jamais aller plus rapidement que la vitesse du plus lent. Un fait que j’ai appris en manufacturing et en lisant le livre LE BUT. (Voici un résumé de ce livre que vous pouvez consulter sur le site « Des livres pour changer de vie » d’Olivier Roland.) (Vitesse)

 

Soyez indulgent

Vous pourriez aussi être cette personne qui n’écoute pas, alors

Si vous êtes un gestionnaire de projet, un manager ou encore responsable d’un processus et bien vous êtes, vous aussi, parfois dans la position du gestionnaire. Les énoncés plus hauts s’appliquent donc à vous aussi.

Donc, si vous prenez le temps d’y penser, il est simple de se rappeler que votre gestionnaire est humain et doit être traité comme tel. Si vous êtes vous-même gestionnaire, il faut se rappeler que parfois il faut simplement écouter et que la solution est dans l’écoute et le partage. Il n’y a rien à faire dans l’immédiat seulement être conscient que le risque exposé existe et de garder les yeux ouverts devrait suffire.

 

Comment capter l’attention de son gestionnaire ?

Votre relation 

Dans un premier temps, il faut établir une bonne relation de confiance avant d’arriver avec une lecture du futur. Il est bien d’attendre avant d’avoir des discussions difficiles. Assurez-vous d’avoir une relation positive.

Trouvez-vous des sujets d’intérêts communs. D’ailleurs, c’est la même chose avec toutes nouvelles relations pas seulement avec votre gestionnaire. Cela vaut pour les relations avec vos collègues, vos amis ou votre conjoint. Bâtir une bonne relation de base vous aidera dans les moments plus difficiles.

Le bon état d’esprit

Assurez-vous que votre gestionnaire soit dans le bon état d’esprit. Pour tester, demandez-lui :

  • Comment il va?
  • Est-ce que tout va comme il le désire ?
  • Est-ce qu’il a besoin d’aide?
  • Vous pourrez voir si c’est le bon moment pour lui parler de vos observations.

Si ce n’est pas le bon moment, dites-lui que vous avez quelque chose à lui dire, mais que vous préférez attendre pour lui parler de vos observations, que ce n’est pas si urgent. Le simple fait de lui proposer de remettre à plus tard votre discussion lui montrera que vous n’êtes pas là pour vous vider l’esprit. La plupart du temps, le simple fait de lui montrer que vous tenez à son état d’esprit l’encouragera à vous écouter.

L’intensité 

Il est important de ne pas commencer avec trop d’intensité, car il se peut que votre gestionnaire ne soit pas dans le même niveau d’énergie que vous, cela le fera peut-être reculer. Il passera peut-être en mode défense. Il est mieux de commencer en mode calme.

En fait, une solution simple est de reprendre dès le début l’histoire qui a fait que vous avez observé un risque et que vous anticipez un problème dans le futur si l’on n’agit pas.

Ayez un message clair

Soyez clair avec votre gestionnaire sur ce que vous attendez de lui. Cela peut être aussi simple que de lui dire que vous aimeriez qu’il soit conscient du risque. Le seul problème est que bien souvent on s’attend à ce que notre gestionnaire règle tout.

 

Le point de vue du gestionnaire

Les gestionnaires ont tendance à penser qu’ils doivent régler eux-mêmes tous les problèmes de leur équipe. Ils prennent tout sur leurs épaules alors qu’ils ne devraient pas. Avec le temps, ils sont les premiers à trouver des stratégies d’évitement pour ne pas considérer le problème et devoir travailler dessus. Un nouveau risque engendre un nouveau « Todo » sur leur liste. Bien souvent, ils sont dépassés par la quantité de problèmes à régler, ce qui fait qu’ils ne sont plus aussi réceptifs.

Mon conseil : Commencez par simplement signaler le risque,  faites germer l’idée du risque dans son esprit. Il ne faut pas passer trop rapidement en mode solution. Parfois, il est stratégique de seulement signaler la situation et l’identifier. Cette étape est la base sur laquelle vous pourrez continuer votre histoire. L’important est de comprendre que vous ne pouvez aller plus rapidement que votre interlocuteur. Si vous allez plus rapidement cela ne fonctionnera pas. 

 

Rappel du voyageur du temps

Lorsque vous détectez que vous voyez de futurs potentiels problèmes que les autres ne voient pas encore, rappelez-vous les points ci-dessous :

  1. Votre gestionnaire est-il disposé à vraiment vous écouter? Il faut parfois simplement attendre le bon moment ou y aller par étapes,
  2. On ne peut pas forcer quelqu’un à vous écouter, sinon on crée une mauvaise énergie dans la relation
  3. Il n’est pas possible d’aller plus rapidement que la vitesse du plus lent,
  4. Il y a des choses que vous seuls ou peu de personnes percevez, car vous avez une expertise sur le sujet
  5. Les détails qui, pour vous, sont une évidence sont imperceptibles pour les autres. Cela vous donnera le sentiment de voir la matrice. Vous aimeriez tellement qu’ils prennent la bonne pilule :), 
  6. Il faut accepter que parfois, même après avoir essayé par étapes de transférer votre vision des futurs problèmes, il est possible que vous fonciez qu’en même dans le mur. Personne n’a été en mesure de vous comprendre ou n’a eu l’énergie pour éviter le mur.
  7. Ne culpabilisez pas si vous frappez le mur, et ce même si vous l’aviez vu venir. C’est une question de travail d’équipe, c’est l’équipe qui n’était pas capable de voir. Espérons que l’équipe apprendra de ses erreurs.

 

Mot provenant d’un autre gestionnaire

Je vous remercie de partager votre compréhension du futur avec moi et continuez de le faire. Si vous êtes à un poste de direction, gardez l’esprit ouvert et ne pensez pas que vous êtes responsable de tous les problèmes et les risques. Rappelez-vous aussi qu’il n’est pas nécessaire de toujours agir immédiatement.

Ajoutez plus bas dans les commentaires si ce genre d’article vous est utile et dites-moi pourquoi. Et la prochaine fois qu’une histoire semblable vous arrivera, partagez-la dans les commentaires ! 

 

Voici le lien du livre en référence plus haut dans l’article. Si vous utilisez ce lien pour acheter le lire vous aiderez à continuer mon blog. Merci Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *