Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment développer son sens politique en entreprise ?

Politique en entreprise

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je me souviens de l’époque où je détestais la politique en entreprise ! La seule chose que j’associais à la politique était les guerres de pouvoir, les mauvaises décisions, la non-écoute des faits techniques. Étant ingénieure et développant de nouvelles technologies, je peux vous dire que je ne comprenais pas comment mes résultats pouvaient avoir mené à certaines décisions. J’avais même l’impression que parfois, le management prenait des décisions sans prendre en considération les résultats techniques.

Que de frustrations, je peux vous le dire !

Rapidement, j’ai vu qu’un collègue était excellent dans la politique d’entreprise et j’ai décidé de lui demander de l’aide pour apprendre. Clairement, je n’étais pas douée. J’ai appris en le regardant faire et en lui posant des questions. J’ai même suivi des cours d’influence en entreprise. Depuis, je comprends que la politique n’est que liée à la nature humaine. Et comme les entreprises sont constituées d’humains, on ne peut y échapper !

Voici donc mes 3 constats en 25 ans de carrière :

  1. L’humain a des points de vue, des « blind spots », des biais et des émotions.
  2. Pour réussir à prendre une décision difficile, il arrive souvent qu’une chambre d’écho doive se créer pour converger.
  3. Si cette chambre d’écho n’est pas challengée rapidement, elle peut se transformer en vache sacrée.

1. La nature humaine

On est tous « humain » et il nous est difficile de prendre des décisions sans contexte. C’est pourquoi, pour être bon en politique d’entreprise, il est nécessaire de connaître en tout temps l’état initial, le point de départ de chacun avant de lancer vos idées aux autres. Plus votre idée est loin de la nature de vos interlocuteurs et plus vous aurez à y aller par étapes. Par exemple, ne présentez pas une idée dont vous êtes certain qu’elle sera rejetée par réflexe par un participant sans lui avoir parlé au préalable de la rencontre. Prenez le temps d’expliquer ce qui dans l’idée, est intéressant pour cette personne.

Donc, pour arriver à démarrer du bon point de départ, il est important de bien connaître :

  1. les biais de gestion 
  2. le concept d’état naturel 
  3. le concept du blind spot 

Car par exemple, si votre idée est de faire un workshop avec l’équipe et que votre interlocuteur à le biais que le travail collaboratif n’aide pas à la prise de décision, il peut même penser que les workshop c’est du « kumbaya leadership ». Alors il vous faudra, avant de présenter votre approche, lui expliquer les raisons qui font que vous pensez qu’il est nécessaire de le faire. Au contraire, si votre entreprise est très collaborative, il n’y aura pas de problème à proposer votre idée. Par conséquent, tout est une question de contexte et d’état initial.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Vos managers sont juniors quoi faire ?

Donc, prenez conscience de la nature et des préférences de vos stakeholders et de vos sponsors. Assurez-vous de bien les connaître. Prenez le temps de développer vos relations. Et au moment venu, vous pourrez avoir une bonne conversation au bon moment.

2. La chambre d’écho

La chambre d’écho en entreprise est en fait la même chose, à plus petite échelle, du concept de chambre d’écho médiatique. Vous le savez bien, nos médias nous renvoient seulement nos préférences. Par conséquent, les informations reçues possèdent un biais, le nôtre. En entreprise, bien souvent, avant de prendre une décision difficile, il faut se convaincre que c’est la bonne et qu’on a l’appui des autres. Généralement, cela crée une petite chambre d’écho dans le groupe du décideur. C’est naturel et normal.

En fait, c’est presque essentiel en politique d’entreprise d’apprendre à créer correctement des chambres d’écho qui font avancer les dossiers.

Comment créer une bonne chambre d’écho alors ?

  • 1. Prendre conscience que vous voulez trouver une solution, ne pas imposer votre solution et qu’il y en a plusieurs de possibles.
  • 2. Vérifiez si vous avez une solution préférentielle. Et si c’est le cas pourquoi ? Est-ce que vous tenez plus à la solution qu’à véritablement régler le problème ? Prenez le temps d’identifier le problème, sortez du mode « solution » et concentrez-vous sur la problématique.
  • 3. Ensuite, avant de stimuler votre équipe ou le management à identifier des solutions et prendre une décision, il est important d’avoir des conversations ouvertes et d’éviter de rejeter les points de vue de l’opposition (à votre solution) trop rapidement.
    • Prenez le temps de noter les risques et les points de vue de l’opposition.
    • Ne négligez pas l’importance de bien les comprendre.
    • Ces points de vue d’opposition sont importants et il faudra y revenir plus tard, après que la décision ait été prise.
  • 4. Prenez la décision, mais soyez conscient qu’il y en avait plusieurs de possibles.
  • 5. Quelques semaines après la prise de décision, assurez-vous d’avoir mis en place des révisions de projet et vérifiez que les hypothèses de la chambre d’écho sont toujours valides.

Donc, avant de pousser une idée, attention d’écouter correctement. La chambre d’écho est inévitable pour prendre des décisions, mais elle peut être faite de la bonne façon, pour éviter ce que l’on appelle des vaches sacrées.

3. Les vaches sacrées

Une vache sacrée en entreprise peut être plusieurs choses. Vous savez, ces personnes que l’on ne peut challenger ou les méthodes impossibles à changer, ou encore les idées impossibles à faire évoluer, car elles sont LA vérité. Par exemple, le télétravail c’est pour les gens qui ne veulent pas travailler. Une chance que la pandémie ait été là pour briser cet à-priori !

Vous avez surement connu des personnes dans votre travail qu’il était impossible de challenger sans se faire reprendre. On les identifie rapidement lorsque l’on arrive dans un nouveau groupe ou une nouvelle entreprise. Vous dites un truc et votre collègue vous reprend : « Tu ne peux pas dire ça » ou « Tu vas te mettre le management à dos »… Les vaches sacrées se sont en fait les chambres d’écho qui n’ont pas été challengées assez rapidement.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment transmettre un message de façon efficace ?

Il y a deux options qui s’offrent à vous lorsque vous êtes devant une vache sacrée.

  1. La « respecter » et ne pas y toucher, apprendre à vivre avec et la contourner si besoin.
  2. Si elle limite beaucoup votre équipe et leur réalisation, vous pouvez utiliser votre courage et vous attaquer au changement de la vache sacrée. Je recommande d’en attaquer que quelques-unes par année, car c’est beaucoup d’énergie et vous pourriez vous mettre quelques relations à dos.

Pour « respecter », il s’agit simplement d’aller dans le sens des idées, des méthodes, des personnes… Donc un comportement assez standard.

Astuces

Si vous vous risquez à changer une vache sacrée, voici quelques aspects à prendre en considération :

  • Prenez le temps de l’identifier.
  • Commencez à comprendre l’importance de cette vache et l’impact sur votre équipe.
  • Si l’impact est important, passez à l’action seulement si vous avez assez d’énergie et de capital humain dans l’entreprise.
    • Si vous n’avez pas encore assez de capital humain, revenez à la première astuce et développez vos relations.
  • Ensuite, passez à l’action en commençant par nommer les choses.
    • Expliquez ce qu’est une chambre d’écho et comment les vaches sacrées se forment dans votre équipe.
    • Dans une réunion d’équipe où tous se sentent en sécurité, essayer d’identifier les vaches sacrées de votre groupe.
    • Avec le temps, vous pourrez plus facile les approcher de front ou passer à côté en équipe.

Conclusion

J’espère que ces astuces vous aideront ou du moins, vous feront réfléchir. J’espère surtout qu’elles vous ont aidé à voir  la politique en entreprise comme un jeu. Un peu comme un jeu d’échecs où il est important de comprendre les règles pour s’amuser et ne pas subir le jeu. Je vous mets au défi, cette semaine, de parler du concept de la chambre d’écho et des vaches sacrées avec vos collègues.

Photo by Brian Wertheim on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *