Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment prendre du recul en restant passionné ?

prendre du recul

Cet article est en lien avec un défi que me je m’étais lancé il y a plusieurs années. Comment me détacher de mon travail tout en restant passionnée ? Il n’a pas été facile pour moi de trouver des solutions, car se détacher donne l’impression d’être déconnecté. Aujourd’hui encore il m’arrive d’être trop attachée par mon travail. Le problème est simple : comment garder sa passion et ses émotions dans son travail sans être affecté/attaché par les décisions ou les situations prises par l’entreprise qui ne nous semblent pas logiques ? Comment prendre du recul, avoir un certain détachement et rester passionnée ?

Faut-il perdre sa passion?

Peut-être ai-je créé une chambre d’écho avec mes amis(es), mais en discutant avec eux j’ai pu constater que la plupart d’entre nous avaient fait face à ce même problème : comment ne pas se laisser affecter par son travail, mais surtout comment rester engagé, sans perdre sa passion et en respectant ses émotions. Surtout que les émotions sont des trésors en entreprise.

Il m’a souvent été conseillé, lorsque j’étais frustrée par une situation au travail, de me détacher, de ne pas lui accorder autant d’importance. Je comprends bien le concept, mais au fond de moi je sais que si je me détache, je vais être moins performante et surtout je vais rapidement aimer moins mon travail, car mon énergie et ma motivation au travail se nourrissent de ma passion. Je finis donc dans ce contexte par décider de rester frustrée une fois de temps en temps plutôt que de perdre ma passion pour mon travail.

À chaque fois qu’une telle situation se présentait, je n’arrivais à me dire que je devais perdre ma passion et faire taire mes émotions pour éviter les frustrations. Pour moi choisir cette option c’est passer à côté de la vie,  vivre comme un robot. Au final, nous savons qu’un être humain vit des émotions alors pourquoi chercher à ne pas les ressentir? Je ne pouvais pas me résigner, je devais trouver d’autres moyens pour être moins affectée par les situations difficiles du bureau.

L’impact du point de vue

Plusieurs de mes amis ont décidé d’être à leur compte en devenant consultants. J’ai alors remarqué que de devenir consultant semble procurer naturellement ce détachement sans pour autant diminuer la passion en son travail.

L’avantage d’être consultant est que même si la firme qui vous engage n’est pas satisfaite à 100% du travail que vous fournissez, cela ne définira pas vos prochains projets ou contrats sur lesquels vous travaillerez. En tant que consultant vous pouvez contrôler les contrats que vous acceptez. Vous pouvez même décider de ne pas continuer à travailler pour un client qui manque d’écoute et d’ouverture d’esprit. Vous pouvez plus facilement rester ouvert à la discussion, engagé, et moins affecté émotionnellement.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Un concept innovant pour améliorer les relations interpersonnelles dans l'entreprise

En tant que salarier ce détachement et cette prise de contrôle semble plus difficile.  Et pourtant en tant qu’employé, il est toujours possible de partir donc de choisir. Être employés/salariés peut finalement se comparer à un consultant qui n’aurait qu’un seul client pour un contrat long terme. Alors pourquoi sommes-nous plus affectés en tant que salariés? Se pourrait-il que ce soit parce que notre vision de nous-mêmes repose principalement sur une seule personne/entreprise et pendant trop longtemps ? Mais, est-ce bien vrai ?

L’importance de changer de point de vue

Vous imaginez mieux maintenant que pour pouvoir rester détaché il faut simplement changer de point de vue :

  • Éviter de donner trop de pouvoir à l’évaluation de votre valeur par les autres et aux situations qui nous arrivent,
  • Ne pas ressentir le besoin de prouver sa valeur à tout prix et en tout temps,
  • Accepter qu’il y ait d’autres éléments en jeu que vous dans les prises de décision
  • et surtout changer son vocabulaire, il ne faut pas parler de détachement, mais bien de prendre du recul.

Alors, comment changer de point de vue ? Et bien en modifiant ses croyances.

Les croyances limitantes

Vous avez sûrement entendu parler du concept des croyances limitantes. Ces croyances que vous avez et qui vous limitent dans votre développement et votre bonheur. Elles se basent principalement sur votre éducation et votre passé. Elles semblent vraies, mais en fait elles ne le sont pas tout à fait. Certaines de ces croyances vous ont souvent aidées par le passé à vous développer et à avancer, mais, aujourd’hui, il faut les laisser partir, car vous avez évolué ou vous souhaitez évoluer.

Un exemple de croyance limitante

Pouvez-vous concevoir que ce ne sont pas forcément vos compétences qui sont remises en question si votre idée n’est pas retenue lors d’un projet. Il peut arriver qu’un autre élément ait généré cette décision. Ne croyez pas qu’il suffit que vos idées et votre expérience soient les plus solides pour que vos idées soient obligatoirement retenues. Il y a souvent beaucoup plus en jeu dans les prises de décisions que de choisir la meilleure solution.

Une autre croyance limitante est lorsque vous pensez que parce que c’est votre responsabilité tout ce qui arrive est de votre faute. Vous pensez que vous auriez dû prévoir ce qui arrive, vous auriez dû y penser d’avance. Mais vous savez pourtant au fond de vous qu’il est impossible de tout savoir et de tout contrôler. Si au contraire, vous changiez votre croyance afin de penser que le plus important dans ces situations est votre approche quant à la résolution du problème en fonction des contraintes qui vous sont imposées.

Dès que vous vous détachez de certaines croyances, vous verrez que vous serez beaucoup plus zen. Vous serez néanmoins toujours investi, engagé et passionné. Il est donc temps de croire que votre capacité à influencer et aider notre équipe ne vient pas nécessairement de votre capacité intrinsèque, mais d’un ensemble de facteurs. Cette croyance permet le détachement, mais surtout stimule la prise de recul pour apprécier l’ensemble des facteurs en cause.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Savoir gérer votre niveau d'échelle dans votre organisation

Voici une vidéo intéressante qui pourra vous aider à travailler le concept du détachement. (Sous-titres en français disponibles dans les paramètres de la vidéo)

Le pouvoir du “lâcher prise”

L’objectif dans votre carrière sera donc de continuer à faire de votre mieux en acceptant que vous travailliez en équipe et que tout ne tourne pas autour de vous.

Il est très difficile de voir votre équipe foncer dans un mur, votre expérience fait que vous savez ce qui va arriver, vous avez informé votre équipe, mais malheureusement rien n’a changé. Vous savez pourtant comment éviter cette situation alors pourquoi laisser cette erreur arriver? Et bien, il arrive que votre équipe doive passer par cette erreur pour apprendre et devenir plus forte. Il faut simplement accepter que l’on ne puisse pas aller plus rapidement que la vitesse de l’équipe.

Au lieu de vous énerver et rager, il faut prendre du recul et essayez de voir la période devant vous comme une période d’apprentissage pour l’équipe. Profitez de cette période pour vous concentrer, par exemple, sur l’amélioration de vos relations et de vos qualités d’écoute et d’entraide. Puisque vous voyez ce qui s’en vient, aidez votre équipe du mieux que vous le puissiez. Prenez soin d’eux, vous serez perçu comme une personne calme et sur laquelle ils peuvent compter. C’est là que le détachement devient possible tout en gardant la passion. Vous restez engagé, mais sans vous sentir mal pour un travail pas aussi parfait que vous l’espériez.

Il n’est plus nécessaire de vous battre à tout prix et de rager avec passion. Laissez les autres essayer et apprendre.

Conclusion

Il n’est pas nécessaire d’abandonner sa passion pour pouvoir prendre du recul face à certaines situations. Se détacher ne veut pas dire se déconnecter. Il faut simplement accepter qu’il y ait plus d’éléments en cause et qu’il est temps de prendre du recul pour les percevoir. Ces circonstances amèneront souvent l’équipe ou le leader à se développer et évoluer. Rappelez-vous que nous n’allons pas tous à la même vitesse et nous ne comprenons pas tous les mêmes choses au même moment.

Si vous avez aimé cet article, je vous recommande celui-là : comment influencer son gestionnaire ? 

Photo by Victor Garcia on Unsplash

5 réponses

  1. Il y a effectivement un défi à trouver le bon dosage entre la passion et le lâcher prise.
    Comme tu dis, c’est un travail sur soi qui commence déjà par le fait d’accepter que la perfection ne peut être une norme.

  2. c’est une chose très importante que de prendre du recul. Ca demande un effort sur soi également, car ce n’est pas toujours évident de regarder de loin quand on est pleinement engagé.

    1. Tellement vrai, c’est pour ça que j’ai pris le temps d’écrire l’article. Quand on est engagé on est attiré, et l’attraction c’est l’inverse de la prise de recul. Cela prend une énergie incroyable pour se détacher.

  3. Pas toujours facile de prendre du recul, mais totalement salutaire, encore plus lorsqu’on est passionné et impliqué à 100% dans son métier. Je pense qu’il faut surtout faire la part des choses entre ce qu’on peut contrôler et ce qui échappe totalement à notre maîtrise. Investir notre énergie et notre passion dans le premier et lâcher prise pour le second…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *