Comment développer sa relation avec ses patrons ?

Partager l'article :

Même si vous n’en êtes pas nécessairement conscient, vous avez plusieurs patrons. Le premier, évidemment, est votre boss direct, mais vous avez également les boss indirects tels que les collègues de votre patron, les patrons de nos patrons et parfois même vos propres collègues. Il y a en fait l’organigramme officiel et la pratique. Quel que soit votre « nombre » de patrons, il est important, pour performer et développer sa carrière, de prendre soin de ces relations. Cet article ne va pas vous aider à développer seulement votre relation avec votre supérieur hiérarchique direct, mais bien toutes les relations, car elles sont toutes importantes.

Pourquoi est-il essentiel de développer ses relations ?

Au travail, il est essentiel de toujours développer ses relations, car on ne sait jamais quand une conversation cruciale sera nécessaire pour faire avancer un dossier. Pour être une super équipe, il faut absolument avoir confiance, faire confiance et ne pas avoir peur d’être vulnérable.

Le pouvoir de la vulnérabilité — Brene Brown (Vulnerability Power English with French subtitle)

Cela devient tout un défi si l’on ne connait que peu la personne devant vous.

Par conséquent, prendre le temps de développer ses relations lorsque les situations sont simples vous permet de développer cette confiance et vous permettra d’avoir accès à cette vulnérabilité nécessaire pour parler lors des vrais problèmes.

Le développement des relations est essentiel et pas seulement avec nos patrons, mais avec toutes personnes avec qui l’on va devoir interagir pour accomplir un objectif commun.

5 éléments essentiels pour développer ses relations

La longueur d’onde 

Si je reviens aussi souvent sur ce concept de la longueur d’onde, c’est qu’il est l’un des fondements de l’interactivité et de l’efficacité.

Travailler à être sur la même longueur d’onde c’est faire que l’on a : 

Car vous vous rappelez la formule de la longueur d’onde : 

« λ = v/f »

λ = longueur d’onde, v= vitesse, f = fréquence

1. La même fréquence

Être sur la même fréquence dans cette situation, c’est comprendre les sujets qui intéressent vos patrons. Parfois cela se résume :

  • Aux méthodes de travail à utiliser 
  • Au choix de mot
  • Aux priorités 
  • Aux sujets de conversation

Comment faire pour s’ajuster ? Il faut tester. Par exemple, vous pouvez essayer d’utiliser ses mots dans différents concepts et voir comment il réagit.  Vous pouvez aborder des sujets de façon différente, soit en variant les méthodes de travail ou les moyens de communication. Parfois il faut s’adapter, par exemple j’ai eu dans ma carrière un patron qui détestait les ordinateurs. Le seul mode de communication qui fonctionnait pour lui était le téléphone, pas de textes justes des appels. Il a fallu que je m’adapte.

Un autre point important dans les relations est de ne pas oublier de partager les informations qui sont utiles pour faire votre travail, car il est possible qu’il n’y pense pas. L’ajustement doit se faire dans les deux sens. N’assumez pas qu’il lit dans vos pensées et qu’il a une boule de cristal. Puisque nous sommes tous différents, il doit, lui aussi, apprendre à vous connaitre. 

Par exemple, j’ai eu dans ma carrière un de mes opérateurs machine qui adorait avoir un contexte business, ce qui est très atypique pour ce genre de profil. 

N’oubliez pas les « blind spot » : 

Attention à vos « blind spot » respectifs, il y a de fortes chances que vous n’ayez pas le même vocabulaire ou la même façon de travailler. Soyez vigilant et cette nouvelle relation vous fera découvrir de nouveaux éléments, c’est certain. 

2. Le niveau de détail  

Pendant votre recherche des préférences de l’autre (la fréquence), assurez-vous de rester au niveau de détails le plus adéquat possible avec votre interlocuteur. Commencez par le moins de détails possible et allez-y crescendo, testez ce qui fonctionne le mieux. Le niveau qui rend votre interlocuteur le plus confortable, mais qui ne vous rend pas inconfortablement. 

Échanger au mauvais niveau de détail peut générer un sentiment de micromanagement. Ce sentiment de micromanagement provient d’un décalage de la gestion du niveau de détails entre vous et vos patrons. On a donc notre part de responsabilité dans l’établissement du niveau de détail. Cela dit, parfois, il arrive que votre patron aime les détails, car c’est ce qu’il connait, dans ce cas il vous faudra être clair sur le niveau de responsabilité de la prise de décision. 

Par exemple, dans certaines situations, prendre le temps d’expliquer vos calculs en détail peut être nécessaire, alors que dans d’autres cela va créer un sentiment de micromanagement. 

Si votre patron a tendance à trop aller dans le détail, vous pourriez avoir le sentiment que votre niveau de responsabilité n’est pas le bon. Il faudra prendre le temps d’en parler avec lui, car sur le long terme ce genre de situation use. 

3. La vitesse

Pour établir de bonnes relations, le plus important est de se synchroniser sur la vitesse de communication. Par exemple, il faut déterminer s’il est nécessaire de se  parler tous les mois, toutes les semaines ou tous les jours. 

D’expérience, je peux vous dire qu’au départ, il est mieux de communiquer plus que moins. Si vous voyez que votre patron est stressé, c’est qu’il a besoin de plus de connexion, mais avec le temps cela peut évoluer, selon la situation. 

Une astuce est de ne pas oublier que vous êtes tous les deux responsables de trouver le bon équilibre.  Mentionnez à votre patron que s’il a besoin de plus d’informations rapidement, il doit vous le signaler et vous vous ajusterez. 

Dans les points liés aussi la vitesse, et pour lesquels il faut s’ajuster, il y a la vitesse de prise de décision et la vitesse d’assimilation de l’information. Parfois, il est important de donner de l’information et de laisser passer un peu de temps avant de demander une prise de décision. À l’inverse il arrive aussi que vous partagiez une situation problématique à l’avance, pour le préparer et il décide d’intervenir tout de suite, alors que ce n’est pas ce que vous ne vouliez peut-être pas à la base. Il faut vraiment communiquer et trouver le bon équilibre,

4. Le type de management  de votre patron selon votre point de vue

Je vous ai déjà parlé des types/profils de gestion il y a quelques mois, profitez pour aller relire cet article, il est indispensable pour apprendre à ajuster votre longueur d’onde.

Quel est votre point de vue en gestion de projet ?

Trouvez le profil de gestion de votre patron et ensuite, déterminez votre position relative.

Si vous êtes plutôt à droite (profils 2 et 3), faites attention de ne pas donner trop de détails ce qui pourrait ennuyer et mélanger votre patron. Prenez le temps de déterminer ce qu’il est important de communiquer. 

Si votre patron est plus haut dans le tableau (profils 1 et 2) cela lui prendra sûrement plus de temps que vous pour prendre une décision et changer les plans.  Laissez-lui donc de l’espace pour réfléchir. 

Et si votre patron est un visionnaire agile ou urgentiste à l’extrême (Profils 3 et 4), donc en bas du tableau. Il se peut qu’il ait tendance à faire ce que j’appelle des sauts quantiques. Il n’est donc jamais facile à suivre.

Solution : Ajustez-vous en temps réel si votre patron fait des sauts quantiques   

  • « La dernière fois que l’on s’est parlé, j’ai compris X, est-ce que quelque chose a changé depuis, et devrais-je être au courant ? ».
  • Ou encore « Je suis confuse, j’avais l’impression, la dernière fois que l’on s’est parlé, que X était le plan ou la procédure, et là, j’ai l’impression que cela a changé. Y a-t-il une raison pour laquelle je ne suis pas au courant du changement ? »

Solution : Lâchez prise si votre patron est impossible à suivre

Honnêtement, parfois il est impossible de suivre, donc il faut lâcher prise. N’essayez pas d’atteindre un niveau de perfection auquel vous n’êtes pas habitué. De toute façon, avec ce type de Manager, ils sont habitués à ce que personne ne puisse les suivre. La seule solution est de lâcher prise et de garder beaucoup de temps pour les surprises. Allez lire , si vous voulez comprendre ce que je veux dire par là. Donc, ne prenez pas trop de responsabilités qui demandent du temps et des obligations d’horaire. Assurez-vous d’être flexible et de vous donner un projet qui n’a pas de date limite afin d’éviter de ne rien faire s’il n’y a pas de surprises. 

Par contre, si vous aimez être organisé il y a de fortes chances que votre patron vous épuise sur le long terme.  Il sera peut-être alors temps d’aller lire le bonus 1 plus bas. 

5. Ajustez votre niveau d’énergie avec vos patrons

Tout le monde sait que notre énergie varie en fonction du temps, du stress et d’autres variables.  Rien de pire que d’être happé par un problème avant même d’avoir pris son café du matin par exemple.  Donc, assurez-vous que c’est le bon moment pour parler du bon sujet, à la bonne intensité. 

Vous avez probablement sûrement déjà vécu cette situation où vous avez rencontré une personne avec trop d’énergie qui vous a étourdi ou une autre qui vous a endormi. Donc si vous souhaitez bâtir une relation, il faut essayer de trouver le bon niveau d’énergie pour discuter. 

Bonus 1 – Quand est-il temps de changer de patron ?

Quand est-il temps de changer de patron ? Si vous n’arrivez pas à vous synchroniser au niveau, de la fréquence, des détails, de la vitesse, ou de l’énergie cela ne donne rien d’essayer à l’infini. Il est plus logique de concentrer son temps et son énergie à trouver un autre patron qui nous convient mieux plutôt que de dépenser de l’énergie pour celui qui ne nous convient pas. Et comme Simon Sinek dit : 

Instead of expending energy to fit into the group, it’s better to expend energy to find the group in which we fit.
(Notre trad. : Au lieu de dépenser de l’énergie pour s’intégrer dans le groupe, mieux vaut dépenser de l’énergie à trouver le groupe auquel on correspond)

Bonus 2 — Si vous êtes le patron 

Montrez l’exemple, développez vos relations et surtout montrez votre vulnérabilité si vous voulez avoir accès aux trésors que chacun a à vous offrir. Pour augmenter vos chances d’alignement avec votre équipe, ajustez-vous. N’oubliez pas que cela prend 2 personnes pour danser. 

Conclusion

Vous êtes tout autant responsable de la relation que votre patron l’est, mais développez-la avec conscience et avec l’intention d’aller plus loin ensemble. Et si, votre relation va bien,  allez (re) lire l’article suivant et apprenez à influencer vos gestionnaires.

Comment influencer son gestionnaire ?

 

Photo by Brooke Lark on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*